ACTUALITESAFRIQUE DU NORDDirigeants d'EntrepriseInterviews

Advanced Enviro-Septic : tout savoir sur le procédé universel de traitement des eaux usées

A cause de l’usage qui en est fait, l’eau est une ressource vitale qui se raréfie au fil des années. Alors qu’une grande quantité est gaspillée, une part non négligeable est contaminée par les utilisations domestiques et industrielles. A cela, le procédé Advanced Enviro-Septic se positionne comme une solution de préservation et de recyclage des eaux usées. Titulaire d’un Master à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris, Habib MERABET, d’origine Algérienne est le Vice-Président, Directeur Afrique & Moyen Orient de DBO Expert International depuis 8 ans. C’est cette société qui commerciale le système Advanced Enviro-Septic qu’il nous fait découvrir à travers cette interview.

Magazine InAfrik : Commençons par une brève présentation de DBO Expert

LEX4

Habib MERABET : DBO expert International est une société Québécoise qui commercialise l’un des rares systèmes de traitement des eaux usées domestiques dans le Monde, le système Advanced ENVIROSEPTIC, qui assure sa fonction de traitement des eaux usées.

Sans énergie, sans produits chimiques, sans production de boues, sans bruits, sans odeurs, sans maintenance, sans pièces détachées et en plus, l’eau traitée est excellente pour l’irrigation.

DBO Expert Maroc, société que je dirige, est le représentant exclusif de DBO Expert International au Maroc et en charge du développement du système vers l’Afrique et le Moyen Orient.

Advanced Enviro-Septic : qu’est-ce que c’est ?

C’est un procédé de traitement des eaux usées domestiques révolutionnaire, adapté pour des populations de 1 à 80 000 habitants et qui ne nécessite pas de maintenance en exploitation. C’est un procédé agrée aux USA, Canada, France Belgique, Nouvelle Zélande,… Il fonctionne de manière naturelle à 100 %.

 

Entre préservation et recyclage des ressources en eau, lequel des rôles vous convient le mieux ?

Les deux ! Nous faisons de la préservation car c’est l’un des rares systèmes qui traite les eaux usées de manière durable. Ce sont les bactéries qui se chargent de l’épuration. Quand ce système est installé quelque part, il fonctionnera plus de 50 ans à un siècle sans la moindre difficulté. Nous faisons également du recyclage car c’est l’un des rares systèmes au monde à être 100 % naturel. Il n’y a pas de pompes à régler, un manomètre ou tout autre système de réglage ou pièces d’usure à changer. Dans tous les cas, il fonctionne et donne une eau excellente pour l’irrigation.

Quel est l’historique de sa création ?

Décrivez-nous son fonctionnement !

Le fonctionnement est simple et en 2 temps.

Phase 1 : traitement par fosse septique « classique. »

Phase 2 : traitement dans les conduites Advanced ENVIROSEPTIC. Les eaux traitées s’infiltrent dans le sol ou sont récupérées à travers une membrane étanche mise en œuvre sous les conduites.

Ferme SEDRAOUI 2012

Quels en sont les éléments caractéristiques et les matériaux de traitement des eaux usées ?

Comme précisé ci-haut, la station d’épuration est constituée de deux éléments : une fosse septique en plastique pour les petites tailles ou en béton armé pour les grandes tailles et les conduites advanced Enviroseptic qui sont elles, en plastique et disposées dans un lit de sable.

Quelques statistiques des installations ménagères et stations d’Enviro-Septic à travers le monde ?

Plus de 150 000 en Amérique du Nord depuis 1999,

Plus de 6 000 en Europe dont 4 par jour en France actuellement,

14 en Algérie et 4 au Maroc.

Combien coûte l’installation d’un système Enviro-Septic dans un ménage ?

Pour un foyer d’une famille de 5 membres, cela coûte environ 4 500 dollars US tout compris. C’est une installation à vie et sans maintenance. 0 dollars par la suite ou presque.

Quelles sont les règles à suivre après l’installation du système ?

Juste surveiller une fois tous les deux mois pour que l’eau à l’entrée de la station d’épuration continue à s’écouler. Des déchets solides peuvent en effet obstruer les canalisations. Puis, il faut faire un hydrocurage de la fosse septique une fois tous les 3 à 5 ans et nettoyer les regards de distribution. C’est une affaire d’1 heure maximum.

Lire aussi : La start-up MaTontine révolutionne la fintech au Sénégal

Comment traitez-vous les eaux usées et sont-elles directement réutilisables ?

Le traitement des eaux usées se fait en deux temps : un traitement anérobie dans la fosse septique et un second traitement anaérobie et aérobie surtout dans les conduites Enviroseptic. Le traitement anaérobie se fait par des bactéries ne nécessitant pas d’oxygène dissout dans les eaux usées. Le traitement des eaux aérobie se fait grâce à des bactéries aérobies, donc, nécessitant de l’oxygène dissout dans les eaux usées. Le système permet d’avoir le milieu idoine pour ce type de bactéries (aérobies). L’eau étant traitée de 96 à 99 %, elle est excellente pour l’irrigation ou toute autre utilisation ne nécessitant pas d’eau potable.

Votre stratégie paraît innovante. N’y a-t-il pas de revers et quelles certifications créditent votre procédé ?

Clairement non et il ne peut y avoir de revers lorsque les règles d’utilisation et de l’art sont respectées. Ce système présente ZERO RISQUE de défaillance lorsqu’il est utilisé selon les prescriptions de son inventeur. Le système existe depuis 1987. Il est agréé dans presque tous les pays du monde USA, Canada, France, Belgique,… c’est un système idéal, simple et efficace.

Pollutec Maroc – Remise de prix réalisations exceptionnelles Oct 2018

Quelle gestion faites-vous des déchets issus du traitement des eaux usées ?

Il n’y en a pas ! Il y a un peu de boues lorsqu’on procède au nettoyage de la fosse septique une fois tous les 3 à 5 ans. Et la boue issue de cette fosse, une fois séchée, est un excellent composte.

 

Votre présence est très présente en Occident. Quelle est votre politique de conquête du marché africain ?

Il n’y a pas de différence entre l’occident et l’Afrique à nos yeux. Dans chaque pays, il est nécessaire qu’un « enfant » du pays soit le représentant du système dans son pays. C’est en tout cas notre devise. Il sera formé et soutenu pour être le digne représentant de notre famille et de son pays aussi. Il représentera un système de traitement NOBLE. Il devra être respectueux de certains principes de base. De notre côté, nous serions, sans le moindre doute, honorés de pouvoir apporter dans le pays en question une solution pour les populations rurales vivants des produits de la terre : elles développeront une manière durable de traiter leurs déchets liquides tout en produisant gratuitement et de manière pérenne de l’eau pour l’irrigation.

Quels sont vos perspectives pour 2019 ?

Nous prévoyons faire le lancement du procédé au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Jérôme MUNYANGI, UN MÉDECIN-CHERCHEUR CONGOLAIS A TROUVÉ UNE PLANTE GUÉRISSEUSE DE LA MALARIA.

 

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité