Afrique CentraleAfrique de l'OuestAgritech & FoodtechEconomie
la Une

Côte d’Ivoire, Ghana, Cameroun : ces trois pays africains qui fournissent 70% de la production mondiale de cacao

Selon des chiffres de l’International Cacao Organization, l’industrie chocolatière mondiale génère plus de 100 milliards de dollars par an. Les pays producteurs ne captent que 6% de cette somme tandis que les paysans, producteurs directs de fèves, ne profitent que de 2% de cette manne. Les trois premiers producteurs de la fève que sont : la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Cameroun n’engrangent que 3% des revenus alors qu’ils fournissent 70% des exportations mondiales.

Lors de la 4ème édition du forum des fonds souverains de la Banque Islamique de Développement (BID) tenue à Libreville, les fonds d’investissement agricoles ont plaidé pour une implication progressive du continent dans l’industrie chocolatière afin de tirer davantage de dividendes de la transformation des fèves. En effet, l’on retrouve plus de fèves de cacao en provenance des pays africains que des producteurs d’Amérique du Sud dans l’industrie chocolatière mondiale.

A Lire: En Afrique, le groupe Advans facilite l’accès à des crédits adaptés aux petites entreprises

Les rencontres Africa

En 2017, la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial, a fourni 2,01 millions de tonnes de cacao sur une production mondiale estimée, selon l’ICCO, à 4,7 millions de tonnes. Le pays a tiré plus de 2 000 milliards fCfa de revenus, [environ 3 350 millions de dollars] lors de la campagne cacaoyère 2016-2017 sur le commerce des fèves, pendant que les compagnies chocolatières américaines ont généré des ventes de l’ordre de 22 milliards de dollars en 2017. Le Ghana et le Cameroun, qui ont fait des productions respectives de près de 900 000 tonnes et près 400 000 tonnes en 2017, font également face à cette triste réalité.

la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial
la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial

Ces pays africains œuvrent désormais à réorganiser leur agriculture afin d’asseoir durablement la transformation des produits locaux pour tirer davantage de ressources de leurs productions qui pour l’heure, constituent la manne pour les grandes firmes agroalimentaires dans le monde.

André TOKPON

Journaliste spécialiste des questions agricoles

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité