A LA UNEAFRIQUE DE L'OUESTDIGITAL & STARTUPS

Deux Béninois conçoivent FedaPay, un agrégateur de solutions de paiement

En quête d’alternatives aux difficultés de transfert d’argent et de paiement de services en ligne, Hermann Aguessy et Boris Koumondji, respectivement CEO et CTO de la start-up Nautilus Technology, ont développé FedaPay, un moyen de paiement par cartes de crédit Visa et Mobile Money.

 

À peine les deux partenaires ont-ils formalisé la création de leur start-up Nautilus Technology en septembre 2017, spécialisée dans l’ingénierie informatique, qu’ils doivent faire face à la récurrente difficulté du paiement de leurs prestations par des clients étrangers. Le système bancaire impose le virement ou la carte de crédit, qui nécessite des documents formels, au même titre que les transferts d’argent via Western Union ou Wari.

LEX4

Au lieu de s’en contenter, Hermann et Boris cherchent à résoudre le problème.

Au départ, on voulait concevoir un système de transfert d’argent appelé FedaWire. Cela nécessitait beaucoup de ressources à déployer dans ces pays, et on ne voulait pas le faire de façon technique mais autonome

narre Boris Koumondji, le directeur technique. Poussant leurs réflexions plus loin, ils ont remarqué que le procédé Mobile Money permettant de transférer de l’argent d’un numéro de téléphone à un autre, à la différence que cela se fasse vers un autre pays, « peut s’avérer rapide et atteindre directement la cible. »

Lire aussi: TripAfrique, le leader de la réservation de tickets de bus en Afrique

« Les fonds des marchands sont garantis… »

Ils ont travaillé d’arrache-pied pour construire l’application web et mobile FedaPay,

un ensemble d’outils très simples, permettant à un e-commerçant de vendre en ligne et d’accepter des paiements Mobile Money et par cartes de crédit en ligne

explique Boris Koumondji. L’objectif est de permettre aux e-marchands d’automatiser et de retracer leurs paiements en ligne, en leur facilitant les transactions pour un gain de temps et de ressources. Mieux, le procédé permet à ses utilisateurs de recevoir des paiements en provenance de l’extérieur et en local, quel que soit le moyen utilisé : Mobile Money, cartes de crédit Visa et MasterCard.

Interface de la plateforme FedaPay
Interface de la plateforme FedaPay

Après cela, Hermann Aguessy et Boris Koumondji ont réussi à convaincre un opérateur de téléphonie mobile et une institution bancaire d’accepter de faire des paiements via les différents moyens existants et d’avoir foi en FedaPay. « Les fonds des marchands sont garantis par l’institution financière partenaire de FedaPay », rassure le CTO avant de poursuivre :

je demanderais aux marchands de nous faire confiance parce qu’on a tout intérêt à faire en sorte que leur business soit protégé et qu’ils puissent avoir cette simplicité d’accepter de l’argent sur notre plateforme.

Une centaine d’entreprises et de particuliers sont déjà présents sur la plateforme, parmi lesquels des acteurs de la fintech et des curieux ayant participé aux journées de démonstration et d’explication sur l’application, organisées du 20 septembre au 6 octobre dernier, à l’issue desquelles les réactions ne se sont pas fait attendre.

J’ai eu à abandonner des centaines de projets au fil des années parce qu’il n’existait pas de solution de paiement en ligne comme FedaPay

confesse Ibrahim Amadou, développeur Web, qui se réjouit de cette innovation technologique.

Comment intégrer FedaPay

Avant d’intégrer la plateforme, le marchand n’est pas tenu d’avoir un compte bancaire ou un contact Mobile Money. Il lui revient de créer un compte FedaPay donnant accès à plusieurs méthodes de paiement à savoir : Mobile Money, cartes de crédit Visa et MasterCard. Ensuite, il existe deux façons de recevoir un paiement. La première se fait :

avec Feda Direct qui permet à un particulier d’envoyer et recevoir de l’argent de ses proches et de ses clients, grâce à un lien sécurisé de paiement qu’il génère depuis le panel d’administration de FedaPay

précise le CTO.

La deuxième option, c’est l’intégration de l’API grâce à laquelle un marchand peut intégrer la solution de paiement sur sa plateforme e-commerce ou son application mobile. Ainsi, les utilisateurs peuvent recevoir des paiements sur la plateforme qui collecte les paiements pour eux et sur laquelle ils peuvent faire une demande de paiement qui leur sera envoyée sur leur compte bancaire physique ou sur leur numéro mobile.

Mais il convient de préciser que « l’intégration de FedaPay sur une plateforme n’est assujettie à aucun frais préalable », rappelle le CEO Hermann Aguessy. « Les tarifications sont claires et transparentes. Il n’y a pas de frais surprises ou cachés. Vous ne payez que des frais à hauteur de vos transactions qui s’élèvent à 3.3% par transaction pour le Mobile Money et 5% pour les transactions par cartes de crédit Visa et MasterCard. »

Lire aussi: Le CEO d’Exportunity, Vital Sounouvou, lance la révolution du E-commerce en Afrique

Le PayPal d’Afrique

Récemment, Nautilus Technology a lancé le Plugin de FedaPay avec WooCommerce, une extension qui permet de créer une boutique en ligne avec le système de gestion de contenus WordPress. Ce faisant, la start-up veut démocratiser le e-commerce au Bénin et permettre aux utilisateurs de WooCommerce d’accepter des commandes et des paiements sur une même plateforme, quitte-à livrer par la suite. Quant à l’avenir du e-commerce en Afrique, Boris Koumondji reste optimiste :

l’e-commerce reste un problème mais au fur et à mesure, on trouvera la porte de sortie pour le faire fonctionner. La première chose à faire, c’est rester dans son environnement immédiat pour vendre ses produits. Ensuite, il faut réussir à vendre à l’extérieur.

L’ambition derrière FedaPay est claire : en faire le PayPal d’Afrique. Pour y arriver, ses cofondateurs ont déjà légalement établi les bases de leur entreprise au Sénégal et en Côte d’Ivoire où ils comptent bientôt développer l’application.

En attendant, au Bénin, Hermann et Boris sont en train de créer un chatbot pour permettre aux abonnés des pages de personnes faisant la promotion de leurs produits sur les réseaux sociaux, de directement dialoguer avec le bot et d’effectuer le paiement de façon instantanée dans leur application de messagerie.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité