AFRIQUE DE L'OUESTDIGITAL & STARTUPS
la Une

Fabrice Sawegnon : l’homme derrière la mystique de Voodoo communications

Il est certainement le publicitaire le plus connu d’Afrique francophone. A la tête de Voodoo Communication, il a fait passer de simples candidats au rang de chefs d’États, donné une image de prestige à des marques étrangères, sur le territoire africain. Après s’être imposé dans un environnement aussi concurrentiel que celui de la communication, le patron du groupe Voodoo s’est lancé un nouveau défi : devenir maire de la commune du plateau.

Lorsque Fabrice Sawegnon annonce son intention de briguer la mairie de la commune du plateau, les remous provoqués par son ambition vont toucher toute la classe politique de la ville d’Abidjan. Il est clair que self made man, ayant bâti son personnage sur d’improbables victoires, fait peur du côté de ses rivaux. En effet, depuis son annonce, son quotidien est devenu celui d’un guerrier qui doit frapper et se défendre dans une guerre où tous les coups semblent permis. Qu’à cela ne tienne. L’adversité, Fabrice Sawegnon l’a maintes fois affrontée et bien souvent vaincue.

LEX4

Voodoo Communication : un succès inattendu

L’histoire de Fabrice Sawegnon est intimement liée à celle de sa société, Voodoo Communications. A l’instar de son PDG, né le 18 janvier 1972 à Abidjan, rien ne prédisait un tel succès pour l’agence de communications. Quand Fabrice Sawegnon crée l’entreprise en 1999, il n’a que 4 ans d’expériences dans le domaine de la communication. En effet, après avoir obtenu son diplôme de Gestion et Commerce à Yamoussoukro en 1994, il est chef de produit chez Metal Ivoire/Jal Afrique avant de rejoindre, l’année suivante, l’agence de communication Panafcom Young & Rubicam. Chef de groupe pendant deux ans, il apprend en gérant des comptes clients prestigieux tels que Nissan. L’expérience est concluante.

A lire: TripAfrique, le leader de la réservation de tickets de bus en Afrique

Fabrice Sawegnon rejoint alors la filiale locale du groupe américain McCann-Erickson. Il se fait alors connaître en Afrique francophone et dans quelques pays anglophones en tant que directeur de clientèle de Coca-Cola et Sprite. Devenu un fin connaisseur du secteur, il remarque néanmoins une faille dans le modèle appliqué par les agences de communications étrangères sur le continent africain. Les campagnes sont pensées et créées la plupart du temps par des étrangers qui ne comprennent pas vraiment la culture africaine et ne saisissent que partiellement l’essence du marché continental de la communication. Eureka! Ce qu’il faut, c’est une agence de communication disposant d’un personnel africain imprégné des cultures du continent. Convaincu qu’il est dans le vrai, et à cette époque il faut reconnaître qu’il est bien le seul, Fabrice Sawegnon crée l’agence indépendante Voodoo Communication en 1999.

Logo de l'entreprise de communication Voodoo
Logo de l’entreprise de communication Voodoo

Aux grands moyens de ses concurrents, affiliés à de grandes agences européennes, Fabrice Sawegnon et Voodoo Communication répondent par le dynamisme, la maîtrise des cultures africaines et l’expertise internationale. L’agence séduit des clients prestigieux comme Orange. Elle impose même son leadership à une échelle planétaire en remportant, le 25 novembre 2002, le premier Mondial d`or de la publicité francophone jamais attribué à une agence africaine. Fabrice Sawegnon a mis la création africaine sur le devant de la scène en remportant ce Mondial d`or de la publicité francophone. Bientôt, toujours portée par la vision d’un Fabrice Sawegnon toujours plus ambitieux, l’agence déploie des bureaux au Sénégal, au Cameroun, au Niger, au Bénin et au Mali. Vient ensuite la diversification. Fabrice Sawegnon crée en 2003 une régie publicitaire, Espace Image Régie, qui éditera les magazines « Tycoon » et « Life ». En 2009, il se lance dans l’évènementiel en créant la Société des Divertissements d’Abidjan (Soda). Finalement cette entreprise développera également des compétences dans la production télévisuelle.

Les rencontres Africa

Adoubé par ses pairs et ses concurrents, l’ivoirien va également faire opérer son charme du côté des personnages publics. Grâce aux services de Voodoo Communication, qui a géré leurs campagnes,  Alassane Ouattara et Ibrahim Boubacar Keïta sont respectivement élus présidents de la Côte d’Ivoire et du Mali. Fabrice Sawegnon devient alors, en plus de toutes les qualités qu’on lui connaît, un faiseur de roi.

A lire: Entretien avec l’Ivoirien Maxime Boadji, le promoteur de Yellow Relay, la plateforme disruptive qui rapproche l’Afrique de l’Europe

Un personnage qui clive autant qu’il suscite l’admiration

Comme la plupart des têtes d’affiches d’un domaine, le personnage de Fabrice Sawegnon clive autant qu’il inspire. Là où certains voient un chef d’entreprise visionnaire, d’autres voient un personnage arrogant et imbu de sa personne.

Il faut dire qu’il fait tout pour être détesté. Il a eu de la chance dans la vie, c’est un fait. Mais est-il obligé de jeter sa réussite à la figure des autres en permanence ? On est en Afrique, il ne faut pas oublier que certains vivent de très peu

déclare au Monde, sous anonymat, un ancien membre de l’équipe de campagne d’Alassane Ouattara.

Fabrice, c’est le type capable de vous engueuler comme du poisson pourri car vous avez osé l’appeler alors qu’il ne traite qu’avec votre supérieur, puis de vous payer un repas, à vous et à votre tablée entière, dès le lendemain, comme si rien de rien n’était

confie un ancien conseiller d’un chef d’Etat de la sous-région. Pourtant, Fabrice Sawegnon, c’est également, selon Amie Kouamé, entrepreneuse ivoirienne qui travaillé pendant quatre ans chez Voodoo,

Un patron très présent, qui connaît le nom de quasiment tous ses employés, très humain aussi mais d’une exigence telle qu’il faut avoir un mental d’acier pour pouvoir le suivre.

Au final, Fabrice Sawegnon semble avoir bien plus de qualités humaines qu’on ne veut le laisser entendre. D’ailleurs, devenir maire du plateau, c’est un peu pour lui une façon de rendre ce que la vie lui a donné. C’est en tout cas ce qu’il assure, même si pour la classe politique ivoirienne, gérontocratique, l’homme d’affaires de 46 ans, véritable bleu en politique, fait preuve d’arrogance en voulant se lancer dans un domaine où règnent des sages.

Fabrice Sawegnon, un personnage qui clive autant qu’il suscite l’admiration
Fabrice Sawegnon, un personnage qui clive autant qu’il suscite l’admiration

On en oublierait presque que Fabrice Sawegnon a été un bleu en communication et qu’il a fait élire de nombreux présidents africains. Au final, qu’on l’aime ou qu’on ne le supporte pas, cela ne compte pas vraiment pour l’homme dont la trajectoire ascensionnelle ne semble être perturbée par rien. D’ailleurs, alors que ses ambitions politiques animent les débats, l’homme continue de progresser dans son domaine de prédilection. Sa chaîne Life TV, déjà bénéficiaire d’une accréditation des autorités pour diffuser ses programmes sur les canaux de la TNT, vient de devenir le tout dernier membre de la zone franche de la biotechnologie et des Tic de la ville de Grand Bassam. Désormais, la chaine bénéficie des avantages tant financiers que techniques de cette zone franche. L’empire de Fabrice Sawegnon, lui, continue de se construire.

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité