AFRIQUE DE L'OUESTEVENEMENTS

Festival Bénin Civic Tech : des technologies citoyennes pour améliorer la vie des communautés

Responsables d’ONG, initiateurs de start-ups dans le domaine des Civic Tech ou de l’open data, membres d’institutions publiques et de la société civile ont participé ce 20 décembre à l’institut français de Cotonou, au premier Civic Tech Africa Festival dont fait partie le Bénin, sur initiative de Jokkolabs.

Au même moment que Casablanca, Abidjan, Dakar, Ouagadougou, Douala et Bamako, Cotonou, la capitale économique du Bénin a tenu le pari de l’organisation du Civic Tech Festival ce 20 décembre. A l’institut français de Cotonou, les différentes parties prenantes aux technologies et initiatives citoyennes ont tenu des discussions, et networking autour de réflexions collectives pour donner de la visibilité aux acteurs de la Civic Tech et leur permettre d’entamer des dynamiques collectives.

LEX4

Les échanges ont essentiellement porté sur l’état des lieux de l’open data au Bénin, la participation citoyenne à la vie politique, le développement de réseaux citoyens, l’engagement de communautés locales et le financement participatif. En effet, les Civic Tech constituent l’ensemble des procédés, outils et technologies qui permettent d’améliorer le système administratif, politique, gouvernemental et citoyen. Elles tournent autour des concepts de transparence visant à rassembler les initiatives qui utilisent les technologies pour favoriser l’ouverture et la bonne gouvernance au niveau étatique et local.

Veille et participation citoyenne

Le second facteur réside dans la participation citoyenne, qui passe par le développement de réseaux citoyens, l’engagement de communautés locales, le financement participatif, le partage de données citoyennes, la création de plateformes de lobbying citoyens et de mobilisation citoyenne. En organisant les Civic Tech, Jokkolabs et ses partenaires veulent constituer une communauté forte autour des technologies citoyennes, afin de faire des propositions pour améliorer la gouvernance locale.

Mais les initiatives civiques fonctionnent essentiellement sur du bénévolat, le crowdfunding, le soutien des bailleurs et les services. Selon une étude menée par CFI dans quatre pays africains à savoir : le Bénin, le Kénya, le Sénégal et la Tunisie, les projets civiques ont du mal à avoir des indicateurs d’impact, mais ils constituent de nos jours, un outil incontournable de veille et de participation citoyenne à l’action publique.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité