A LA UNEAFRIQUE DU SUDDIGITAL & STARTUPS

Fezile Dhlamini, l’entrepreneur Sud-Africain qui veut réduire les inégalités avec « Scooter »

Après s’être vu refuser une dizaine de demandes d’emploi pour travailler chez Uber et Taxify, le Sud-Africain Fezile Dhlamini a construit sa propre entreprise « Green Scooter » pour réduire les inégalités sociales et prendre une bonne part de marché des géants du transport.

 

Alors qu’il rêvait d’un emploi chez Uber ou Taxify avec des propositions plein la tête, Fezile Dhlamini a vu son dossier rejeter pour non-conformité aux critères de recrutement de ces boîtes. Déçu, le Sud-Africain titulaire d’un diplôme en communication stratégique d’entreprise en 2016, a conçu une idée de projet similaire. Elle reçoit l’assentiment de quelques-uns de ses proches, qu’il rapporte à un média sud-africain en ces termes : « vous ne pouvez pas laisser passer ça, vous devez vraiment y aller car c’est une mine d’or. »

LEX4

Fezile Dhlamini reprend confiance en lui et lance Green Scooter, avec pour particularité de promouvoir des transports écologiques et accessibles à la bourse des moins nantis.

Lire aussi: Susan Mashibe, dirigeante de la seule entreprise de jets privés en Afrique

Green Scooter est la première plate-forme de partage de véhicules électriques, construite pour l’Afrique par l’Afrique, se réjouit  le Sud-Africain. C’est une plate-forme qui générera de nombreux avantages financiers et sociaux qui peuvent réellement améliorer notre consommation. Ce que j’essaie simplement de faire, en tant que mantra de mon entreprise, est d’être le numéro un: être vert. Deuxièmement, changer le consumérisme en adoptant de nouvelles approches marketing.

Pour mettre en œuvre son projet, Fezile Dhlamini s’est rendu en Suède où il a signé des accords avec des partenaires suédois pour la fabrication de quelques véhicules Scooter électriques Hi-Tech. Avec ces engins, il a lancé la phase pilote de son entreprise en Afrique du Sud, avec pour ambition à terme de construire une usine de fabrication de Scooter qui appartiendrait à Green Scooter.

Comment accéder au service ?

Vous saluez votre scooter et votre scooter viendra à vous. Nous aurons deux types de véhicules à la main. Le premier véhicule est le véhicule de tourisme. Ensuite, nous avons le fret qui est comme le principal. Ainsi, le passager 1 est strictement réservé au transport de passagers, transportant deux passagers à la fois, sur une distance totale de 100 km et une vitesse maximale de 60 km/heure. Le véhicule est composé de 270 pièces

réagit Fezile Dhlamini.

Lire aussi: Dr Hadiyah Green, une Afro-américaine, première à vaincre le cancer, à l`aide de lasers

L’innovation dans ce moyen de transport reste le e-scooter qui permet de créer une plate-forme pour les restaurants, les points de vente à emporter, les services ou les produits pour que les utilisateurs puissent y accéder sur la plate-forme de Green Scooter. De même, les véhicules sont alimentés grâce à l’énergie électrique. A cet effet, Fezile Dhlamini envisage installer 4 à 5 stations de recharges grâce aux énergies renouvelables, pour ne pas polluer la nature déjà assez dégradée par les exactions des humains.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité