A LA UNEAFRIQUE CENTRALEDIGITAL & STARTUPSDirigeants d'Entreprise

JeunEntrepreneurAfricain.com, la plateforme digitale d’instruction à l’entrepreneuriat

Christian Gazam Betty est entrepreneur et Consultant en affaires, Centrafricain. A la tête d’El Shamma Group, un cabinet de conseils et services d’affaires spécialisé dans le conseil stratégique en business, communication et marketing, une entreprise immobilière, et d’une taillerie moderne de diamants en phase d’installation, Christian Gazam Betty est un intrépide entrepreneur autodidacte. Juste avec son niveau Bac, un certificat d’études en « Business Chinese » (Chinois des Affaires) en Chine et un diplôme d’expert évaluateur en diamants bruts et taillés en Israël, il a fondé depuis juillet 2018, JeunEntrepreneurAfricain.com, une interface numérique pour former les entrepreneurs africains. Il nous en parle…

 

Magazine Inafrik : Quelles sont les expériences marquantes qui ont forgé votre sens de l’entrepreneuriat ?

Christian Gazam Betty : J’en ai deux : la première est mon poste de « project manager » au sein du NetworkClub de Pékin. Une société spécialisée dans l’organisation des événements de réseautage. Tout d’abord, j’ai  appris comment vendre car j’ai commencé en tant que telemarketer au sein de la société, j’ai découvert la puissance du savoir vendre, du carnet d’adresse et des réseaux. Une expérience inoubliable où j’ai appris à tisser de bonnes relations d’affaires avec autrui.

LEX4

La seconde expérience marquante, est mon parcours de diplomate de 2012 à 2017 au sein de l’Ambassade de Centrafrique en Chine en qualité d’Attaché de Protocole pendant 1 an, Conseiller Economique pendant 2ans et Conseiller Culturel pendant 2 ans. J’ai appris énormément sur la diplomatie et tout ce qui entoure les relations internationales.

JeunEntrepreneurAfricain.com : pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est une plateforme internet que j’ai créée dans le but d’aider un maximum de jeunes africains francophones entrepreneurs ou aspirant à l’entreprenariat, à démarrer et développer des entreprises à succès. J’offre des conseils et des astuces pour réussir dans les affaires, à travers des articles, des vidéos, des sessions de coaching. J’offre également des formations pour aider à booster les ventes de son entreprise et augmenter ses profits. Déjà étudiant, j’étais connu sur le campus et dans les autres universités comme étant la personne ressource en matière d’affaire. Je me suis lancé dans l’entrepreneuriat en 2006 et toutes les ressources que j’offre sur mon blog sont basées sur du vécu.

Quels problèmes rencontrent en l’occurrence les jeunes entrepreneurs africains et que vous cherchez à résoudre en créant JeunEntrepreneurAfricain.com ?

Le manque de formation adéquate et de ressources éducatives nécessaires pour bien aborder leur voyage sur la route de l’entrepreneuriat. Les anglophones ne manquent pas de ressources dans ce domaine sur internet pour bien se préparer à se lancer dans les affaires. L’Afrique francophone manque cruellement de ce type de ressources et de références. Avec JeunEntrepreneurAfricain.com, je veux créer un carrefour en ligne ou les africains francophones peuvent venir s’instruire en matière d’entrepreneuriat, aider les jeunes africains à mieux se préparer pour aborder l’entrepreneuriat.

Christian Gazam Betty entrepreneur et Consultant en affaires
Christian Gazam Betty entrepreneur et Consultant en affaires

Etes-vous de ceux qui pensent que l’entrepreneuriat est la seule voie qui mènera l’Afrique au développement ?

Absolument. Le salut de l’Afrique viendra des jeunes entrepreneurs africains. L’Afrique a une population jeune dont des études montrent qu’environ 65 à 70% de la population des pays africains a moins de 30 ans. Cette jeunesse ouverte au monde grâce à internet et aux medias s’intéresse de plus en plus à l’entrepreneuriat. Je suis convaincu que l’Afrique comptera les plus grands entrepreneurs à succès au fil de la prochaine décennie.

Comment lancer une entreprise à succès en Afrique et quels sont les secteurs porteurs ?

Il faut adapter son offre au marché africain qui a ses réalités qu’on ne peut comparer à d’autres horizons. Ce qui marche aux Etats-Unis ne fera pas forcement long feu en Afrique et vice versa. L’Afrique est une terre vierge qui regorge d’opportunités à fort potentiel et tout est à faire. Cependant, Selon moi, Internet et le digital sont les secteurs de l’avenir en Afrique.

La question du financement revient de plus en plus. Quelle est votre proposition pour lever ce goulot d’étranglement qui empêche certaines start-ups de voir le jour ?

Les entrepreneurs africains doivent apprendre à bien se vendre. Lorsqu’un projet est bien ficelé et bien vendu, alors, on peut rencontrer des « NON » de la part des banques ou autres investisseurs. Mais avec persévérance et de bons conseils, on finit toujours par tomber sur une institution financière, ou un particulier prêt à financer notre projet. Mais cela est possible, à condition qu’on sache bien se vendre. Savoir bien se vendre est la clé pour lever du capital auprès d’investisseurs.

En référence à votre formation vidéo : « Savoir Bien Vendre & Vendre Vite », pouvez-vous partager avec nous, quelques astuces de vente ?

« Savoir Bien Vendre & Vendre Vite », est un guide commercial qui présente différents scénarios de vente et dans lequel j’offre en guise de solutions, plusieurs techniques et stratégies relatives à ces scenarios. Par exemple, le client hésite pour une raison quelconque à signer le contrat avec vous, ou encore la cliente se plaint que vos prix sont trop élevés. Une multitude de scénarios auxquels tout commerçant fait face chaque jour, mais avec les bonnes approches et accroches, on peut en sortir gagnant et clôturer la vente.

Vous êtes également un serial-entrepreneur !

Je suis à la tête du groupe El Shamma dont les sociétés opèrent dans le consulting, l’immobilier, et les mines.

A travers El Shamma Group Cabinet de Conseils et Services d’Affaires spécialisé dans le conseil stratégique en Business, Communication et Marketing, nous accompagnons des entrepreneurs locaux et expatriés sur le marché centrafricain à booster leurs ventes, développer leur business et maximiser leurs profits. Nous comptons également des clients à travers divers pays d’Afrique.

Avec El Shamma Immo société immobilière, mise à part notre propre patrimoine immobilier, nous offrons l’opportunité à nos clients d’investir dans l’immobilier locatif. Beaucoup de personnes désirent construire ou acquérir de l’immobilier mais ne savent pas comment bien  s’y prendre. Nous dénichons les opportunités, négocions les prix, supervisons l’acquisition ou la construction, et nous assurons de l’entière légalité du processus pour permettre à nos clients d’investir en toute sûreté et sérénité.

Enfin, El Shamma Diamonds une taillerie moderne de diamants en phase d’installation et dont le lancement des opérations est prévu début 2019.

En tant que manager, quel état d’esprit vous caractérise ?

L’état d’esprit que je m’efforce de promouvoir au sein de mon organisation, c’est la culture du résultat, la lecture continue et l’initiative entrepreneuriale. Ce que désire le client, c’est d’être livré en bonne et due forme et en respect du calendrier fixé. Pour cela, l’équipe doit sans cesse nourrir cette culture de toujours délivrer le résultat promis ou attendu.

Je prône également auprès de mes collaborateurs la lecture de livres sur le développement personnel, l’entreprise, la finance, le management, la santé, et d’autres sujets destinés à nous rendre meilleurs tant dans notre vie professionnelle, sociale et familiale. Mon succès en tant qu’entrepreneur, je le dois à la lecture. Je lis 40 à 50 livres par an, une journée sans lire est pour moi une mauvaise journée car, plus je lis et plus j’apprends, plus j’apprends et plus je gagne.

J’encourage les membres de mon équipe à concevoir des projets pour qu’ils puissent être demain à la tête de leur propre affaire. Ma vision : faire des employés d’aujourd’hui des partenaires de demain, ça ne marchera pas pour tout le monde mais pour certains oui.

Quels conseils avez-vous à prodiguer aux jeunes Africains qui sont encore dubitatifs à entreprendre et ceux qui ont abandonné ?

A ceux qui doutent encore, je dis ceci : si travailler pour quelqu’un d’autre toute votre vie, dépendre d’un salaire et d’un poste qui peut vous être retiré à tout moment selon l’humeur de votre employeur, si cela vous convient et vous rend heureux, alors ne changez rien, l’entrepreneuriat n’est sûrement pas fait pour vous. Néanmoins, je vous invite à regarder dans vos familles et vous trouverez sûrement plusieurs personnes qui font les mauvais frais de la confiance en l’emploi. Préparez votre avenir en vous assurant une ou plusieurs autres entrées financière à part votre emploi.

A ceux qui ont abandonné, je dis la chose suivante : étant enfant, lorsque tu apprenais à marcher, tu es tombé de multiples fois mais tu n’as pas abandonné. Tu t’es toujours relevé et finalement tu as pu marcher et ensuite courir. De 2006 à 2018, je suis tombé plusieurs fois mais je me suis toujours relevé, j’ai compris que ces différentes chutes servaient à un but précis, faire de moi un meilleur entrepreneur. Alors, peu importe les difficultés et les échecs que tu rencontres sur ton parcours, n’abandonnes pas. Persévères et n’oublies pas qu’il n’y a pas de victoire sans défaite, ni de réussite sans échec, ça fait partie du jeu.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité