AFRIQUE DE L'OUESTFINANCE & ECONOMIE

La 2ème édition du Forum du Crowdfunding en Afrique est à Dakar

Après la Tunisie en 2016, le Sénégal est la grosse attraction du moment avec le déroulement de la deuxième édition du Forum du Crowdfunding en Afrique qui s’est déroulé ce 15 novembre autour du thème : « l’innovation financière au service du développement. »

 

Initié par les structures « Financement Participatif Afrique & Méditerranée » avec Jokkolabs, le Forum du Crowdfunding en Afrique, ayant mobilisé des experts-consultants, des autorités de régulation et des responsables à divers niveaux, a permis d’échanger sur les enjeux de la révolution financière en Afrique et les enjeux de la réglementation du financement participatif en Afrique. Au cours de cette rencontre, il a également été question de parler des dispositifs et modes de financement alternatif des industries créatives africaines et de financement participatif et mobilisation de la diaspora au profit des projets locaux.

LEX4

Lire aussi: Africa Investment Forum 2018: une nouvelle vision audacieuse réduit les flux de capitaux en Afrique

En effet, le crowdfunding est un ensemble d’outils et de méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes pour financer un projet. Or, en Afrique, la problématique du financement demeure un blocage majeur pour le développement des projets innovants pouvant barrer la voie au chômage des jeunes. Ceux-ci développent des idées de projets en lien avec le numérique dont le modèle économique ne convainc pas forcément les banques qui n’acceptent pas de les financer. Le crowdfunding intervient alors comme une nouvelle source de financement ou l’alternative aux difficultés financières de démarrage d’une start-up en Afrique.

Partage d’informations

Ainsi, le Forum du crowdfunding en Afrique a favorisé le partage d’informations et la sensibilisation des parties prenantes sur le potentiel et les enjeux du crowdfunding. Une initiative qui permettra une appropriation rapide de cette notion. Il y a également eu l’exploration des pistes pouvant favoriser la mise en place de cadres législatifs favorables à l’émergence des innovations financières et du crowdfunding. Etant que les start-ups deviennent de nouvelles formes d’entreprises en Afrique, il convient qu’elles soient reconnues au vu des textes et lois en vigueur pour protéger l’activité de ses acteurs.

Lire aussi: Mali : le Groupe de la Banque africaine de développement soutien le secteur privé avec 30 millions d’euros

Pour y arriver, une vingtaine d’experts ont conseillé et partagé leurs expériences avec des centaines de participants de différentes nationalités. En plus de son positionnement de hub du numérique en Afrique, le Sénégal prend un grosse part dans l’accompagnement des start-ups en Afrique à travers des événements à l’instar du Forum du crowdfunding en Afrique qui vient impacter une jeunesse qui n’a besoin que d’orientation.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité