ACTUALITESCOMMUNIQUE

La Banque africaine de développement lance un programme visant à renforcer le financement et l’assurance des risques climatiques pour les pays africains

La Banque africaine de développement a approuvé le Programme de financement des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi), le premier programme de gestion des risques liés au climat de cette institution visant à renforcer la résilience et à faire face aux chocs climatiques dans les pays membres régionaux.

 

Ce programme complet, ouvert aux pays membres régionaux, renforcera leur capacité à évaluer les risques et les coûts liés au climat, à réagir aux catastrophes et à revoir les mesures d’adaptation aux niveaux national et sous-national. Cela facilitera également le financement initial des pays ayant besoin d’une aide. La phase initiale du programme devrait s’échelonner de 2019 à 2023.

LEX4

La résilience accrue et l’adaptation des pays aux effets négatifs du changement climatique, ainsi que la couverture par une assurance contre les risques de catastrophe, réduiront la vulnérabilité des pauvres au changement climatique et constitueront une garantie contre la perte de moyens de subsistance dans les communautés, en particulier pour les petits exploitants agricoles. Neuf pays ont déjà manifesté leur intérêt à participer au programme: Burkina Faso, Gambie, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad.

Lire aussi: Japon: la Banque africaine de développement promeut le capital humain et le développement industriel en Afrique

«L’Afrique est le continent le plus vulnérable au changement climatique, exposé à une grande variété de catastrophes naturelles, notamment les sécheresses, les inondations et les cyclones tropicaux. Cependant, la gestion des risques de catastrophe souffre d’un financement insuffisant et de difficultés dans le déploiement des fonds disponibles », a déclaré Atsuko Toda, directeur de la Banque pour le financement de l’agriculture et le développement rural.

«Ce programme est une étape importante pour aider à réduire l’exposition et la vulnérabilité des pays africains. Il créera un système pour absorber, adapter et aider le relèvement de ces pays après les chocs climatiques», a déclaré Toda.

ADRiFi encouragera les mécanismes de réaction aux catastrophes, tels que l’assurance souveraine paramétrique souveraine, pour laquelle les paiements seront versés automatiquement et en temps voulu lorsqu’un seuil de risque prédéfini est dépassé. On estime que chaque dollar dépensé en intervention ex ante dans le cadre du programme permettra d’économiser 4,40 USD en mesures de secours après sinistre pour une intervention effectuée six mois après l’événement.

Le programme ADRiFi est directement aligné sur les priorités «Haut 5» de la Banque, en particulier «Nourrir l’Afrique» et «Améliorer la qualité de la vie des africains». Il est également aligné sur la politique du Plan d’action pour le changement climatique II (2016-2020) de la Banque.

 Lire aussi: Programme de la Banque mondiale pour le recrutement d’étudiants-chercheurs africains

La Banque a signé un protocole d’accord avec The African Risk Capacity pour coopérer à la préparation, à l’élaboration et à la mise en œuvre de projets et programmes sur le changement climatique et la résilience aux risques dans les pays membres. En tant que partenaire clé, l’ARC aidera les pays membres à mettre en place des politiques relatives aux pools de risques de sécheresse et à d’autres mesures souveraines de gestion des risques de catastrophe.

Technique: Cecil Nartey, coordinateur du programme de financement des risques de catastrophe en Afrique (ADRiFi)

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité