COMMUNIQUE

La Banque africaine de développement entame des études de faisabilité concernant des coopératives d’électricité au Nigeria et en Ethiopie

La Banque africaine de développement a lancé une étude de faisabilité sur le potentiel des modèles commerciaux de coopératives d’électricité au Nigeria et en Éthiopie. Cet effort fait partie de l’objectif de la Banque visant à réaliser l’accès universel à l’électricité en Afrique d’ici 2025. À l’heure actuelle, les pénuries d’électricité réduisent la croissance du PIB de la région de 2 à 4% par an, freinant la création d’emplois et la réduction de la pauvreté.

L’étude, financée par le Fonds d’affectation spéciale pour la coopération Sud-Sud, sera menée par l’Association internationale des coopératives d’électricité rurale (NRECA) International sur une période de trois mois. NRECA examinera les facteurs réglementaires, juridiques, techniques et socio-économiques qui ont une incidence sur la création de coopératives d’électricité dans les deux pays.

LEX4

Les coopératives d’électricité sont des entreprises exonérées d’impôt créées et détenues par les consommateurs qui bénéficient des services fournis en matière de production, de transport et / ou de distribution. Ils sont utilisés dans de nombreuses régions du monde pour établir des liaisons avec le dernier kilomètre vers les zones rurales par le biais d’extensions de réseaux et d’entreprises coopératives. En cas de succès, ils améliorent également l’électrification rurale, tout en créant des entreprises durables.

S’exprimant lors de la réunion de lancement, Batchi Baldeh, directeur du développement des systèmes énergétiques de la Banque, a remercié le Fonds d’affectation spéciale pour la coopération Sud-Sud pour le financement de l’initiative. «Cette étude est opportune et conforme au New Deal pour l’énergie de la Banque en Afrique. Nous sommes impatients de travailler avec NRECA International pour mener à bien cette étude et tirer parti de sa vaste expérience des modèles commerciaux de coopératives d’électricité pour ouvrir la voie à la mise en œuvre de projets de transformation en Afrique », a-t-il déclaré.

Soulignant l’importance de la coopération et de l’engagement du gouvernement, il a ajouté que les coopératives s’appuient sur des partenariats solides entre les gouvernements, les communautés rurales / locales et les partenaires de développement pour la mise en œuvre et le succès. «Nous avons sélectionné le Nigéria et l’Éthiopie à la suite d’un dialogue avec leurs ministres de l’énergie respectifs lors de la réunion de la Banque sur le marché de l’énergie en Afrique, organisée en juillet 2018, au cours de laquelle ils ont exprimé l’engagement de leurs gouvernements à améliorer l’accès des zones rurales à l’aide de modèles établis. Nous comptons sur cette coopération pour explorer ce modèle novateur consistant à utiliser notre High 5 pour éclairer et propulser l’Afrique », a déclaré Baldeh.

Les résultats de l’étude seront communiqués en mai de cette année. Ils informeront de la viabilité des projets de test du modèle dans les pays sélectionnés.

Contact technique : Miriam Emelife

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité