COMMUNIQUE

La Banque africaine de développement et la CEDEAO signent un accord portant sur l’étude de l’autoroute du corridor Abidjan-Lagos

La Banque africaine de développement et la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont signé un accord portant sur l’étude d’une autoroute de 1 000 kilomètres reliant Abidjan, la capitale commerciale de la Côte d’Ivoire, à Lagos au Nigéria, marquant une nouvelle étape dans la construction de l’intégration régionale et le commerce.

La future autoroute Abidjan-Lagos, une autoroute à six voies (double), reliera les pays via le Ghana (Accra), le Togo (Lomé) et le Bénin (Cotonou). L’accord signé ce lundi pour une étude sur le plan technique , les aspects de mise en œuvre et d’exploitation du projet interviennent près de cinq ans après la signature par les présidents de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du Bénin et du Nigéria d’un traité sur l’établissement de l’autoroute en mars 2014.

LEX4

Jean Claude Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, Vice-président de la Commission de la CEDEAO, Finda Koroma, Ministre nigérian de l’énergie, des travaux publics et du logement et Président du Comité directeur ministériel du Programme de développement du corridor routier Abidjan-Lagos, Babatunde Raji Fashola, ont assisté à la réunion. la cérémonie qui a eu lieu à Abuja, au Nigeria. Le responsable de la coopération de l’Union européenne (UE) à Abuja, Kurt Cornelis, ainsi que d’autres parties prenantes concernées, étaient également présents à la réunion.

Lire aussi: Jean-François CURTIS : « il n’y a pas une politique africaine de lutte contre le terrorisme »

La Banque a approuvé une enveloppe de financement de 12,6 millions USD pour financer une partie de l’étude et a mobilisé une subvention de 9,1 millions d’euros de la Commission européenne, portant le financement total de cette importante étude à 22,7 millions USD.

En reliant certaines des villes africaines les plus grandes et les plus dynamiques sur le plan économique, la route favorisera le commerce transfrontalier et intégrera les économies en croissance rapide au sein de la CEDEAO. Cela devrait contribuer à réduire les niveaux de pauvreté de la population, qui dépend du commerce interrégional pour sa subsistance.

Ebrima Faal, directeur principal du bureau de la Banque au Nigéria, a déclaré que «la Banque reste pleinement attachée à la vision 2020 de la CEDEAO. «Nous travaillerons en étroite collaboration avec les secteurs public et privé pour libérer de nouvelles sources de croissance pour l’Afrique, tout en réduisant les inégalités entre les pays et à l’intérieur des pays. Ensemble, nous pouvons libérer les énormes potentiels de la région de l’Afrique de l’Ouest et atteindre les objectifs de développement durable pour la région », a déclaré Faal.

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité