AFRICA-FRANCECOMMUNIQUE
la Une

La mission économique de EIC Corporation pour la diaspora Africaine

EIC CORPORATION, 1ère Plateforme de Finance Participative et d’éducation Financière en Afrique, pour le lancement de son 7ème programme dédié à la Diaspora Africaine, a élu le président de programme Diaspora Angels Investors (DIA), le 27 janvier 2018, à l’ambassade de Côte d’ivoire en France.

Fort de plus de 175 clubs d’investissement, Membre actif de la WFIC (Fédération Mondiale des Clubs d’Investissement), du GBAN (Réseau Mondiale des Business Angels), Lauréat de plus de 15 Awards Excellence, glanés aussi bien en Afrique , qu’en Europe , , EIC CORPORATION crée en 2009 à Abidjan , présente dans 12 Pays en Afrique, s’est engagée à la promotion de l’éducation financière et économique et au développement de l’actionnariat populaire à travers les clubs d’investissement en Afrique.

LEX4

La vision de EIC Corporation est de contribuer activement au développement du marché des Capitaux en Afrique et accroître le Financement des PME et des Jeunes Entreprises à travers les clubs d’investissement crées. En marge au lancement de son programme Diaspora prévu le 03 Mars 2018 dans la salle de conference Colbert de l’Assemblée
Nationale, EIC Corporation a entamé la mise en place en Europe de 50 clubs d’investissement à l’attention de la Diaspora Africaine.

A lire: AITEX 2018: Le Maroc donne rendez-vous aux acteurs de l’innovation africaine

M.GUMA-DEREDYA Eusebe , Homme d’affaires, Representant de la Chambre de commerce Congolaise à l’Union Européenne  et M.Zigbe Deretho Francis, ont été designé en qualité respectivement de Président et d’Auditeur Interne.

L’argent envoyé par la diaspora africaine représente plusieurs milliards de dollars des PIB de plusieurs pays du continent.
De 40 milliards de dollars en 2010, les transferts de fonds « formels » opérés par les migrants africains par le biais de canaux bancaires classiques sont passés à au moins 60 milliards en 2016, selon la Banque mondiale, si l’on additionne les transferts faits vers l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne.

Cette manne provient des quelque 30 millions de ressortissants africains actifs à travers le monde. En 2010, elle venait à 41 % d’Europe, 28 % des Etats-Unis et 9 % des pays du Golfe. Les plus grosses parts vont vers l’Afrique du
Nord (27,4 milliards en 2016) et l’Afrique de l’Ouest (plus de 24 milliards, sur 33 milliards au total pour l’Afrique subsaharienne en 2016). Les transferts représentaient 2,3% du PIB africain global en 2010, avec des variations
régionales importantes : 4,8 % du PIB ouest-africain, et moins de 0,5 % pour l’Afrique centrale et australe, où les statistiques font défaut.

 

Comment sont utilisés ces fonds transférés, que faire ?

Selon la Banque mondiale, les deux tiers des fonds transférés servent à acheter des biens de consommation et à payer des frais de santé et de scolarité alors que l’Afrique fait face à d’énormes défis d’investissement et de
développement économique, sa Diaspora pourrait ainsi jouer un rôle majeur à son développement. EIC Corporation à travers ce nouveau dispositif entend crée des passerelles nouvelles en vue favoriser cet investissement
multisectoriel (Marché Financier, Agriculture, Immobilier, PME , Industrie).  Le succès de cette opération sera conjugué à un dynamique programme d’éducation financière et économique à l’attention de la Diaspora. Favoriser la mutualisation des investissements à travers les clubs d’investissement est ce défi que devra réussi EIC Corporation dans son positionnement Européen et International.

A lire: Le CEO d’Exportunity, Vital Sounouvou, lance la révolution du E-commerce en Afrique

EIC Corporation envisage inciter les Etats à émettre des bons de la diaspora, des titres mis en vente et garantis par des entités publiques ou privées auprès de nationaux établis à l’étranger, comme le font Israël depuis 1951 et l’Inde
depuis 1991, pour redresser leur balance des paiements et financer des projets d’infrastructures. Cet outil financier novateur pourrait permettre aux  Etats Africains de mobiliser des montants de l’ordre de 5 à 10 milliards de dollars par an car Le potentiel qu’offrent les émigrés pour l’Afrique reste en grande partie inexploité.

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité