ACTUALITESCOMMUNIQUE

L’Autorité du bassin du Niger recevra 134 millions de dollars américains pour stimuler le développement et l’adaptation au changement climatique dans le bassin du Niger (PIDACC)

Dans le but d’améliorer la résilience des populations et des écosystèmes du bassin du Niger, le conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé l’affectation d’un budget de 76 millions de dollars américains au développement intégré et à l’adaptation au changement climatique dans le bassin du Niger.

Le programme est cofinancé avec le Fonds vert pour le climat, l’Union européenne, le Fonds pour l’environnement mondial, le Fonds d’investissement forestier et les différents gouvernements, à hauteur de 134 millions de dollars américains.

LEX4

Le Groupe de la Banque s’est engagé dans ce programme lors de la présentation du Plan d’investissement pour le climat du bassin du Niger lors de la COP21 à Paris en 2015; et contribuera par le biais d’une zone de projet de gestion durable des ressources naturelles partagée par neuf États membres (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigéria et Tchad).

« Le PIDACC revêt une importance capitale pour les populations de la région et les économies des pays membres de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) », a déclaré Patrick Agboma, responsable de la Division de la recherche, de la production et de la durabilité de l’agriculture du Groupe de la Banque.

Les activités comprennent la récupération de 140 000 ha de terres dégradées; construction de 209 infrastructures d’adduction d’eau pour les systèmes agropastoraux et la pisciculture; mise à profit des pactes d’élevage et d’aquaculture des technologies pour la transformation de l’agriculture africaine (TAAT). Le programme traitera également de la mise en œuvre de 450 sous-projets de développement de chaînes de valeur agricoles; renforcer la capacité d’adaptation d’un million de ménages aux changements climatiques et rendre opérationnel un mécanisme de financement pour la gestion des ressources naturelles.

Les attentes vis-à-vis du programme sont élevées et incluent une augmentation de la production grâce à 280 millions de m3 d’eau agricole exploitée par an; Une production supplémentaire de cultures, de poissons et de viande (575 000; 9 000; et 6 000 tonnes métriques, respectivement) et l’adaptation au changement climatique ont été améliorées pour 500 000 femmes et jeunes ayant accès à des terres récupérées.

Le PIDACC-BN est conforme à trois des grandes priorités de la Banque: Feed Africa; Intégrer l’Afrique; et améliorer les moyens de subsistance de la population. Il remplit également le programme d’atténuation du changement climatique de la Banque.

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité