AFRIQUE DE L'OUEST

Le Bénin, future coqueluche touristique de l’Afrique subsaharienne

Situé en Afrique de l’Ouest avec un climat tropical, le Bénin est un pays francophone d’environ 11 millions d’habitants. Reconnu pour sa pratique du vaudou, le pays aux 20 patois ambitionne de développer son tourisme pour révéler son potentiel à la face du monde, et en faire un levier de croissance économique.

Restaurer les biens culturels pillés au Bénin au cours de la période coloniale ; tel est le premier fait d’armes culturel réalisé par le gouvernement Béninois le 27 juillet 2016. La décision a été sujette à de vives polémiques, tant les sites touristiques et musées historiques du pays sont en déliquescence. Jusque-là, le tourisme ne représente que 0,7% du Produit intérieur brut du Bénin, avec une estimation allant à 200 000 touristes ayant visité le pays entre 2014 et 2015.

LEX4

Nous sommes riches d’un patrimoine historique extraordinaire dont nous pouvons être fiers. Ce patrimoine doit nous permettre de développer le tourisme, un secteur capteur d’emplois et capable de faire rayonner le Bénin dans le monde. Enfin, nous avons un capital humain de grande réputation avec de nombreux Béninois qui se distinguent dans le monde entier.

fait rêver le président Patrice Talon au lancement du Programme d’Actions de son Gouvernement. Cela traduit une volonté politique manifeste à faire découvrir le Bénin culturellement.

600 milliards d’investissement

En plus de l’image de pays démocratique de toute l’Afrique Subsaharienne que s’est forgé le Bénin, le pays veut devenir la destination touristique de premier choix en Afrique de l’Ouest. Le gouvernement a annoncé l’exécution de 45 projets au cours de son mandat dont le tourisme prend une bonne part avec une intention d’investissement estimée à 600 milliards de francs CFA pour attirer 700 000 touristes d’ici 2021. Le parc de la Pendjari, la cité lacustre de Ganvié, la cité historique de Ouidah, les stations balnéaires, la cité d’Abomey, le musée de Porto-Novo… vont être réhabilités et rénovés.

Les travaux ont été confiés à l’Agence nationale de promotion des patrimoines et du développement du tourisme (ANPT) et les contrats de mise en œuvre signés. A Abomey, commune située à 145km de Cotonou dans le département du Zou, le musée de l’épopée des amazones, rois et arène d’expression et de sortie des vodun non masqués sera construit sur une superficie de 3 hectares. Il sera constitué d’un ensemble muséal de 3 000m², d’une salle d’exposition temporaire de 600m², d’un centre artisanal avec espace exposition et vente, d’arènes vodun, de scénettes, de jardins et restaurants. Pas de modification architecturale : le musée sera construit à l’identique en terres battues et en pailles, pour maintenir le patrimoine local.

Danse de Vodou masqué au Bénin
Danse de Vodou masqué au Bénin

A Allada, ville du sud-Bénin avec une population d’environ 130 000 habitants, est érigée la statue de Toussaint Louverture, homme politique français et figure de l’esclavage en Afrique. Un musée sera construit sur 5  hectares de terre et portera son nom, pour narrer aux contemporains et à la génération future, l’histoire de l’esclavage, la résistance et la mémoire du peuple Béninois. On y trouvera des jardins des origines du Bénin et du souvenir, un centre d’accueil et un espace pour les écoles, groupes et familles, de même qu’un ensemble muséal de 1 500m² et une salle d’exposition temporaire de 300m².

A Lire: Gilles Kounou, le trublion de la transformation digitale remue l’e-santé au Bénin avec goMedical

D’innovants projets pour vendre la destination Bénin

La promotion du tourisme passe également par la valorisation des atouts naturels du Bénin. C’est dans ce cadre que l’agence de développement de la cité internationale de l’innovation et du savoir Sèmè City a organisé la 1ère édition du Forum de l’Innovation Made in Africa (FORIMA) du 31 mai au 1er juin dernier à Cotonou. Cet événement

vise à aider les porteurs de projets innovants à concevoir, prototyper et lancer à grande échelle des solutions pour l’amélioration des destinations touristiques au Bénin

mentionne le communiqué final.

Parmi les six finalistes au challenge fund, Woju Elite, un projet d’écomusée Tata Somba, veut préserver ce patrimoine architectural unique du nord-Bénin à cause de sa fonction d’éco-responsabilité. Pour Yves Biaou, co-initiateur du projet,

l’écomusée Tata Somba, c’est construire aujourd’hui, notre monde d’hier, pour demain.

Woju Elite a bénéficié d’un financement d’accompagnement de 150 000 dollars, à l’instar des cinq autres projets sélectionnés. Par contre, Pendjari Balloon, vainqueur du prix du public, est un projet de safari en montgolfière pour faire découvrir aux touristes, le parc de la Pendjari avec une vue du ciel.

La cité historique de Ouidah

Le Bénin ne dispose que de 125km de côte. Grâce au projet de construction de la phase I de la route des pêches sur 13,20km entre Cotonou et Adounko, le pays veut promouvoir le tourisme côtier. D’un montant de 26 milliards de francs Cfa, les infrastructures routières sont déjà entamées le long de la plage et redonnent espoir aux petits commerçants du quartier Fidjrossè à Cotonou. Cette voie reliera Ouidah, une cité historique remplie de lieux sacrés tels que : la route de l’esclave, la place aux enchères, la porte du non-retour, le temple des pythons, la basilique de l’Immaculée Conception, la forêt sacrée

la porte de non retour à Ouidah au Bénin
la porte de non retour à Ouidah au Bénin

Plaque tournante de l’esclavage en Afrique, le cours de l’histoire de Ouidah a fait apparaître les Forts Français, Anglais et Portugais nés de la forte présence de la puissance coloniale dans cette commune. De là, sont partis les esclaves à destination des plantations au Brésil, aux Etats-Unis et ailleurs. Ce lieu chargé d’histoires sera totalement reconstruit à partir du 19 mars 2019 pour un délai d’exécution qui prend fin décembre 2020. Ainsi, les descendants d’esclaves vivant en Haïti, aux Antilles, au Brésil…pourront retourner sur leur terre d’origine pour se remémorer l’histoire de leurs aïeux.

A Porto-Novo la capitale politique du Bénin, il sera procédé à la construction du musée international des arts et civilisation vodun/orisha et arène d’expression et de sortie des vodun masqués.

A Lire: Cinq questions à Luc Alapini, la pépite Béninoise de l’intelligence artificielle

Facilitation de l’obtention du visa

Dans la perspective d’inciter les touristes à choisir la destination Bénin pour leurs vacances et affaires, le président Patrice Talon a pris 31 août 2016, la décision  d’exempter 40 pays africains du visa d’entrée au Bénin pendant un séjour n’excédant pas 90 jours. Cette mesure de suppression de visa prend en compte les ressortissants de l’Afrique du Sud, l’Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Tchad, la Guinée Equatoriale, la Tanzanie, le Rwanda, le Zimbabwé

Cite lacustre de Ganvié au Bénin
Cite lacustre de Ganvié au Bénin

Quelques mois plus tard, soit le 23 mars 2018, le Bénin a instauré la réforme du e-visa. Elle consiste à effectuer en ligne, des demandes de visa d’entrée et de séjour au Bénin pour les non-africains. Cette innovation vise à simplifier les tracasseries administratives et permet au demandeur d’imprimer son visa après approbation de la partie béninoise. Tout est mis en place pour attirer les touristes, hommes d’affaires et investisseurs à préférer le Bénin. L’exemple du Rwanda, Singapour ou encore Dubaï sera implémenté au Bénin. Rendez-vous en 2020 pour un premier bilan.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité