A LA UNEAFRIQUE DE L'OUESTDIGITAL & STARTUPSInfluenceurs & StartuppeursNon classé

Le béninois Sem Djeguede présente Interim, le réseau social qui brise les barrières linguistiques

Sem Irvin Djeguede est l’initiateur et le CEO du réseau social à traduction instantanée Interim, qui veut davantage rapprocher les citoyens du monde en brisant les barrières linguistiques. Ce fils du Bénin y a grandi et effectué ses études secondaires jusqu’au baccalauréat, avant d’aller décrocher en 2009, son diplôme d’ingénieur en région parisienne, et son MBA aux Etats-Unis. Plutôt discret et solitaire, Sem Djeguede a travaillé de 2010 à 2016 auprès de deux grands groupes français dans l’ingénierie, la gestion de projets informatiques et le déploiement d’outil de business intelligence. Agé de 33 ans, il est endurant et doté d’une force mentale et d’une résistance physique exceptionnelles, pouvant s’adapter à toutes les situations. A travers cette interview exclusive, Sem Djeguede nous dit tout sur Interim.

 

Magazine InAfrik : Que vouliez-vous faire étant petit ?

Sem Irvin Djeguede : Mon premier rêve de carrière a été de faire la médecine, notamment la chirurgie, afin de sauver des vies. Je me rappelle d’une discussion avec mon frère, étant petits, on projetait de construire un grand hôpital. Au fur et à mesure que je grandissais, je me suis rendu compte qu’être médecin chirurgien est un métier qui ne m’était pas destiné, à cause de la délicatesse des gestes. J’ai naturellement pivoté pour l’ingénierie un peu comme mon père. Et aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix.

LEX4

Quel événement ou fait vous a inspiré la création du réseau social révolutionnaire Interim ?

Je voyage énormément, que cela soit dans un cadre professionnel ou personnel. En 2017 par exemple, j’ai effectué près de 32 vols. En parcourant différents pays, je me suis rendu compte que la langue était un vrai frein aux rencontres et à la communication. Je me rappelle de ce jeune homme que j’ai rencontré à Vienne en Autriche et qui avait attendu 2h sous le froid son bus car n’étant pas de la ville et ne parlant pas la langue, on lui avait mal indiqué l’arrêt de bus.

J’ai moi-même été dans des situations pareilles. A Istanbul en Turquie, il y a quelques années, je devais me rendre à une réunion professionnelle pour 9h. Je suis arrivé à 9h45 car mon chauffeur ne parlait pas un seul mot d’anglais ni de français. Le comble, il n’avait pas de GPS sur lui ce jour-là. La communication entre lui et moi avait été donc très difficile. Le même cas s’est produit en 2017 quand j’étais en Inde.

Ces situations n’ont fait que conforter mon idée de briser la barrière de la langue. Ce qui a réellement fait germer l’idée est une ancienne collègue qui ne parle que français et qui avait beaucoup de mal avec les communications en anglais. J’étais à l’époque dans un grand groupe international et la communication était essentiellement en anglais pour les échanges avec l’international.  Puis une fois, j’ai assisté à une conférence à Paris qui mettait en lumière l’avenir de nos langues et de la communication. J’ai systématiquement fait le rapprochement avec ma collègue et les situations personnelles vécues évoquées plus haut.

Pourquoi lui avoir donné ce nom ?

J’ai choisi le nom INTERIM pour deux raisons :

  1. Chacune des lettres du mot Interim représente les 7 continents dans une langue différente.
  2. Interim, comme le définit le dictionnaire, est quelque de chose de passager, temporaire. C’est un mot qui vient du latin et qui signifie « pendant ce temps-là ».
Logo INTERIM
Logo INTERIM

Comment et combien de temps vous a-t-il fallu pour construire cette plateforme ?

Ce projet, bien que je sois le principal initiateur et le CEO de la société, est porté par toute une équipe. De l’idée à la mise en ligne de la première version sur Google Play, il s’est écoulé à peu près dix-huit mois (18 mois).

Pouvez-vous nous en dire plus sur Interim ?

INTERIM, est un réseau social doté d’un moteur intelligent de traduction instantanée. Avec INTERIM, vous pouvez communiquer facilement dans une langue A avec quelqu’un qui ne parle que la langue B, avec une parfaite compréhension. Par exemple, supposez que vous vous rendez en Chine et souhaitez discuter Big Data ou opportunités d’affaires ou supposez simplement que vous souhaitez vous faire des amis ayant les mêmes intérêts que vous dans un autre pays mais malheureusement vous ne parlez pas la langue de ce pays. Cela peut être frustrant !

Bannière INTERIM
Bannière INTERIM

INTERIM supprime la barrière de la langue. Nos algorithmes vous proposent les personnes avec lesquelles vous avez le plus d’intérêts en commun. Vous envoyez votre message en français et votre interlocuteur le reçoit dans sa langue en temps réel et vice versa. Interim a été sélectionné dans plusieurs accélérateurs de startup dont « More Than a Pitch Deck » situé dans la Silicon Valley.

Nous ambitionnons vraiment de devenir vite global et de supprimer la barrière de la langue. Si un paysan africain peut un jour arriver à échanger avec un autre paysan chinois ou avec des acheteurs américains sans comprendre un seul mot de leur langue, si deux individus étant à l’autre bout de la terre peuvent communiquer librement chacun dans sa langue et se comprendre parfaitement, alors  j’aurai atteint mon objectif et l’humanité aura franchi un autre cap important.

Lire aussi: Claude Biaou cofondateur de Wojue Elites et promoteur de l’écomusée Tata Somba

Quelles ont été vos plus grandes difficultés ?

Ce n’est jamais facile quand on se lance dans un projet d’une telle envergure. Les difficultés sont de toutes sortes : financières, humaines (ressources) et méthodologiques (dans l’exécution). La principale difficulté au départ a été de mobiliser les ressources financières nécessaires au démarrage du projet. J’avais fait une cagnotte qui malheureusement n’avait récolté qu’environ 1000 euros.  Ce n’était pas suffisant, très peu même. Cela m’a tout de même permis d’entamer le projet. Et je suis infiniment reconnaissant aux personnes qui ont contribué à cette cagnotte.

Puis naturellement les choses se sont faites et les financements ont suivi avoisinant les cent mille dollars ($100,000) en 2017 et début 2018. J’ai commencé seul et au fur et à mesure que le projet prenait forme, il fallait trouver des ressources qualifiées pour la prise en charge de certaines composantes : marketing, finance, ingénierie, etc. Même si j’ai des compétences dans tous ces domaines, je ne pouvais pas tout faire. J’ai donc eu à recruter.

Plutôt qu’une difficulté, c’était surtout un challenge de trouver la ressource adéquate. Comme tout projet, j’étais contraint par le respect du calendrier, du budget et surtout de la qualité. En tant que startup avec des investisseurs,  je me devais de rendre des comptes sur la progression. Je vous avoue une chose. Le design de l’application était tellement si important, qu’on a dû le changer plusieurs fois pour arriver à l’interface actuelle.

J’ai également eu à me défaire de certaines personnes dont je n’étais pas satisfait du travail. Vous savez, il faut savoir garder le cap et éviter toutes distractions. Ce n’était toujours pas évident. A tout cela, s’ajoute le défi technologique. Développer une application de messagerie instantanée est très complexe d’autant plus qu’une traduction instantanée y est ajoutée. J’entends par défis techniques, la sécurisation et le cloisonnement des données échangées, la stabilisation des communications, la conformité aux standards internationaux de développement, la compatibilité entre différents téléphones, etc.

Mais j’ai eu la chance de rencontrer certaines personnes qui, aujourd’hui, sont devenues des mentors/conseillers et qui m’ont aidé dans la structuration et l’articulation du projet.

Comment fonctionne la plateforme ?

Pour s’enregistrer sur la plateforme, vous aurez besoin de fournir certaines informations comme un identifiant, numéro de téléphone, votre pays de résidence et adresse email. Ensuite, vous devez sélectionner vos centres d’intérêts et la langue.

Voici succinctement comment fonctionne l’application

  1. Quand vous vous connectez à l’appli, c’est normal de ne pas voir de contacts dans la Liste de CONTACTS. Car l’application vous met en relation avec des personnes dans le monde ayant les mêmes intérêts que vous.
  2. Une fois connecté, il faut cliquer sur “Intérêts” en haut à gauche afin de mettre à jour vos intérêts. Après cela, l’application va vous proposer une liste de personnes dans le monde ayant les mêmes intérêts que vous. L’appli classe et affiche en premier les personnes avec le plus d’affinités (intérêts en commun) par ordre décroissant. Donc en premier, s’afficheront ceux avec qui vous avez le plus d’affinités et en dernier le moins.
Interface Interêts INTERIM
Interface Interêts INTERIM

Vous pouvez filtrer les personnes par pays en cliquant sur PAYS en haut.

  1. Il vous suffit de cliquer sur l’un d’entre eux pour entamer la discussion.
  2. Si vous avez des affinités avec l’un d’entre eux, alors vous pouvez l’ajouter dans vos contacts de l’application afin de le retrouver plus facilement après. Et cela même quand vous ou lui allez changer d’intérêts. Soit vous l’ajoutez depuis la fenêtre de discussion, soit vous faites un appui long sur son nom dans la liste de personnes proposées, après mise à jour de vos centres d’intérêts.
  3. Vous pouvez changer de langue en allant dans le menu depuis l’écran central en cliquant sur les 3 points en haut à droite.

Notez que vous pouvez envoyer et recevoir des photos. L’application ne supporte pas encore les vidéos.

Comment sécurisez-vous les données de vos utilisateurs ?

Nos données sont hébergées sur des serveurs sécurisés. Et nous mettons un point d’attention à la protection des données individuelles.

Quelles sont les langues dans lesquels la traduction est possible sur Interim et quelles sont les autres qui vont être prises en compte ?

Actuellement, l’application est disponible en Français et en Anglais. Des nouvelles langues comme l’Espagnol, le Chinois, l’Arabe, le Russe et le Portugais seront ajoutées courant 2019.

Lire aussi: Isahit lance sa campagne de crowdfunding sur Afrikwity, pour accélérer son développement.

Etant originaire du Bénin, pensez-vous que les langues locales y trouveront leur place à l’avenir ?

L’objectif à long terme est d’inclure bien évidemment les langues locales. Pour construire des algorithmes de traduction, notamment basés sur l’intelligence artificielle, il faut des données pour alimenter le système. J’entends par données, des textes écrits en quantité suffisante, traduits dans plusieurs langues ou non. Et c’est ce qui manque cruellement à nos langues locales car elles sont pour la majorité des langues de traditions orales comme je l’indiquais sur la chaine BBC.

C’est un long travail à effectuer à ce niveau qui passera par la collecte des données, leur traduction et l’assurance d’une qualité dans la traduction. Notamment la considération d’expressions idiomatiques propres à chaque langue. Nous devons effectuer ce travail si nous souhaitons éviter l’expression anglaise connue des experts du milieu « garbage in, garbage out » qui veut dire « données poubelles en entrée du système, résultats poubelles en sortie ».

A part la suppression des barrières linguistiques, quels autres problèmes cherchez-vous à résoudre grâce à Interim ?

Les possibilités d’échanges commerciaux, d’apprentissage avec tout ce que cela englobe seront décuplées avec INTERIM.

A ce jour, combien d’utilisateurs et de téléchargements avez-vous déjà enregistré ? Et quels sont les pays dans lesquels le réseau est déjà utilisé ?

L’objectif à court terme est de faire grandir la plateforme en nombre d’utilisateurs. La croissance actuelle a dépassé nos attentes. Initialement, nous avons estimé atteindre les dix milles (10 000) téléchargements en septembre 2019. Actuellement, nous tendons vers les cinq mille (5000) téléchargements en seulement deux mois. Cette croissance fulgurante témoigne de la confiance des utilisateurs et réconforte le dur travail qui a été fait et qui continue d’être fait.

Si la progression continue ainsi, nous devrions dépasser les dix mille à fin novembre et les vingt mille d’ici la fin d’année. INTERIM est un réseau social global disponible dans le monde entier. Nous avons même des utilisateurs basés en Argentine, au Brésil, aux USA, au Kenya, etc. Cependant, certains pays, sans être classés par ordre, sont en tête dont le Cameroun, la France, le Bénin, la Côte d’Ivoire.

Quels sont les évolutions que subira la plateforme ? Envisagez-vous une levée de fonds à cet effet ?

Actuellement, l’application est disponible en Français et en Anglais et téléchargeable sur Google Play. La version iOS pour iPhone est prévue pour début 2019 ainsi que de nouvelles autres langues comme l’Espagnol, le Chinois, l’Arabe, le Russe et le Portugais. De nombreuses autres fonctionnalités seront implémentées au cours de l’année 2019. La réalisation de ces objectifs passera par une nouvelle levée de fonds. Nous sommes en négociation aussi bien avec des Venture Capital (sociétés de capital-risque) que des investisseurs particuliers. Il s’agit d’investissements plus conséquents au sujet desquels je préfère garder une discrétion.

Financièrement parlant, comment avez-vous sponsorisé le développement de l’interface ? Et comment comptez-vous rentabiliser ?

Nous avons procédé, il y a un peu plus d’un an, à une levée de fonds auprès d’investisseurs particuliers. Ce qui a permis de lever près de $100,000 (cent mille dollars américain).

La question de la rentabilité revient très souvent dans les échanges. Et j’ai pour habitude de dire qu’on ne développe pas une société de technologie innovante comme INTERIM comme on développe une société d’import-export ou d’achat revente, car, pour ces dernières, on sait à quel prix on achète et donc on définit le prix de vente en fonction de la demande.

Avoir Whatsapp, Google traduction et LinkedIn sur une même plateforme. Etes-vous conscient que lorsque ce sera vraiment connu, Interim va surclasser les autres réseaux sociaux ?

Oui j’en suis conscient. L’idée n’est pas de se comparer aux géants mais d’être un géant à part entière.

Comment comptez-vous gérer la célébrité ? Allez-vous céder à la pression de revendre votre projet à de grands groupes ?

C’est toujours quelque chose de difficile à gérer car du jour au lendemain vous faites la UNE de nombreux médias. Certaines personnes vous reconnaissent dans la rue et vous devrez apprendre à gérer cela. Sur les réseaux sociaux, c’est idem. Et ce qui est réconfortant, ce sont les messages de félicitations et d’encouragements. Ca booste l’énergie et déculpe la force. Je prends le temps de répondre à chacun.

Lire aussi: Start-up africaine de la semaine : Will&Brothers met la dernière touche à un drone made in Cameroun

Je tiens quand même à préciser que la célébrité est secondaire. Ce qui importe plus, c’est la satisfaction des utilisateurs et la réalisation des objectifs fixés. Et pour cela, il y a un travail énorme à abattre. L’objectif n’est pas de revendre INTERIM à un grand groupe. Nous allons continuer de nous développer et faire de cette plateforme le réseau social N°1 en Afrique. Et pourquoi pas dans le monde !

Quelques règles clés à partager avec les entrepreneurs Béninois ?

J’aime bien cette phrase qui résume tout :

un entrepreneur c’est quelqu’un qui saute d’un avion et qui construit son parachute en descendant.

Il faut avoir une vision et un objectif et ne point s’en détourner, peu importe les difficultés. Etre entrepreneur, c’est de la résilience, du travail et de la persévérance, c’est un long chemin sur lequel il vaut mieux être très endurant.

Si vous avez peur de recevoir des coups ou peur de tout perdre (argent, maison, etc.) ou si votre confort est important pour vous, alors, ne soyez pas entrepreneur. Plusieurs personnes peuvent avoir la même idée à l’instant T, mais ce qui fera la différence, c’est la capacité à transformer cette idée en projet puis la mise en exécution de manière méthodique.

L’application est disponible sur Google Play en téléchargement en tapant appinterim ou sur notre site www.appinterim.com

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité