AFRIQUE CENTRALEDIGITAL & STARTUPS
la Une

Le Gabon, bientôt leader du numérique en Afrique du Centre et de l’Ouest

Fort des investissements massifs et des réformes profondes introduites dans le secteur des télécommunications au Gabon, le pays devient aujourd’hui le leader des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique du centre et de l’Ouest. Avec un coût d’accès à internet divisé par 10 depuis 2010, passant d’une facturation de 10 000 francs CFA/Mo en 2012 à 1 500 francs CFA/Mo aujourd’hui (soit de 18 à 2,8 dollars) le pays a vu son nombre d’abonnés multiplier par 7 sur la même période. Une sacrée avancée qui confère au Gabon, une longueur d’avance sur ses voisins.

Devenues incontournables, les TIC révolutionnent le monde et offrent de plus en plus d’opportunités. Elles facilitent l’accès aux services bancaires, administratifs ou médicaux aux citoyens. Internet peut aussi être un formidable outil de sensibilisation, d’enseignement à distance et de collecte de données indispensables aux politiques de développement. C’est donc pour profiter de tous ces avantages que le Gabon a décidé d’améliorer la couverture de son réseau et de se doter du haut débit par la fibre optique à travers le projet Central African Backbone (CAB).

LEX4

A lire: William Elong, l’ingénieux inventeur Camerounais de Drone Africa

Le pays a développé une série de projets complémentaires, financés par la Banque mondiale, destinée à améliorer les infrastructures de communications entre le Cameroun, la Centrafrique, le Tchad, Sao Tomé-et-Principe, le Congo et la RDC, calquée sur d’autres programmes régionaux déjà réalisés ou en cours en Afrique de l’Ouest et de l’Est. En effet, le Gabon est l’un des premiers pays en Afrique à se doter des services numériques en érigeant le développement des TIC au rang de ses priorités dans le cadre de son plan stratégique “Gabon émergent.”

Stratégie du numérique

Cette approche permet à la fois une vision sociale, culturelle et politique d’émancipation des Africains et renforce le mouvement de la renaissance africaine et du panafricanisme qui vise à unifier les Africains du continent et de la diaspora en une communauté africaine globale. Le Président Ali Bongo Ondimba, à l’occasion du sommet «TransformAfrica », tenu à Kigali au Rwanda en 2013, avait souligné l’importance du raccordement du Gabon en 2015 à la dorsale optique haut-débit d’Afrique centrale.

Le gouvernement gabonais a alors commencé par élaborer une stratégie du numérique et a mis en place de nouvelles politiques publiques et de régulation pour créer un environnement propice au développement du secteur, favoriser la concurrence et l’innovation, mais aussi attirer de nouveaux investisseurs internationaux. Il a alors massivement investi dans les infrastructures internationales et nationales, notamment pour construire une station d’atterrissement des câbles sous-marins de fibre optique et un réseau terrestre de plus de 1 100 km par le biais d’un partenariat public-privé.

6ème pays plus performant des TIC en Afrique

Tout cet arsenal a permis au Gabon de gagner 10 places dans le classement mondial 2017 de l’indice de développement de l’internet, réalisé en novembre 2017 par l’agence spécialisée des Nations-Unies pour les technologies de l’information et de la communication (UIT). Le pays est donc en passe de réaliser son ambition qui est de devenir le moyeu du numérique en Afrique centrale et de l’ouest. Il est aujourd’hui le 6ème pays le plus performant d’Afrique dans le secteur des TIC, après l’Île Maurice, les Seychelles, l’Afrique du Sud, le Cap vert et le Botswana.

A lire: Niger : Le départ élégant et classe de Mahamadou Issoufou

Dans quelques années, le Gabon sera sur le leader incontesté du numérique dans la région d’autant plus que la Banque mondiale souhaite d’ores et déjà l’accompagner non seulement en soutenant dès à présent la modernisation complète du système national d’information sanitaire ; mais aussi l’aider à promouvoir un écosystème dynamique d’innovation numérique, créateur d’emplois et de services locaux et régionaux. Le secteur emploie déjà plus de 12 000 personnes pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 300 milliards de francs CFA.

Tags

André TOKPON

Journaliste spécialiste des questions agricoles

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité