A LA UNEAFRIQUE DE L'OUESTBatisseurs & InvestisseursDIGITAL & STARTUPSFEMMES LEADERS

Leed Hospitality, le cabinet d’expertise hôtelière de la très expérimentée Laetitia Gnassingbé

Entre son Brevet de technicien supérieur (BTS) en hôtellerie, restauration et tourisme, option Gestion et Mercatique, et les cours de Bachelor, Manager de tourisme, Laetitia Gnassingbé s’est forgé une impressionnante expérience professionnelle dans le secteur hôtelier aussi bien en Europe qu’en Afrique. D’origine Camerounaise et mère de 3 enfants, Laetitia Gnassingbé suis actuellement des cours en ligne pour passer la « Patente de Genève. » A 35 ans dont 17 années d’expérience dans le secteur hôtelier, elle vient de créer au Togo, Leed Hospitality, son cabinet d’expertise en hôtellerie, restauration et tourisme avec des représentations en Suisse et en France, pour aménager sa disponibilité au profit de sa famille. Parcours !

 

Magazine InAfrik : Pouvez-vous nous résumer votre impressionnant parcours et nous dire ce qui a influencé votre orientation vers l’hôtellerie ?

Laetitia Gnassingbé : A 18 ans et bac en poche, je débute ma formation d’hôtelière et travaille parallèlement comme serveuse dans une chaîne de restaurants. Durant mes stages, j’ai l’occasion de travailler dans de grands hôtels Parisiens. En 2004, je suis recrutée par le Groupe Accor en CDI, avant même les résultats de mon BTS. Bien qu’ayant mon diplôme, j’occupe le poste de Réceptionniste au Suite-Novotel de Rueil Malmaison, puis Chef de Brigade au Mercure Bercy et ensuite je pars en expatriation en Guinée Equatoriale pour apporter son support au Sofitel Président Palace comme « Front Office Manager. »

LEX4

J’ai assuré l’intérim du directeur général et après près de 5 ans dans cet établissement, le Vice-Président des Opérations de ce groupe me propose de prendre la direction générale de l’hôtel Ibis de Lomé. J’y fais des rénovations et j’obtiens des résultats exceptionnels qui me valent les félicitations du Président du Conseil d’Administration. Je pars ensuite à la tête de l’hôtel Ibis Malabo qui était frappé par la crise pétrolière en Janvier 2016. Je rééquilibre les charges en fonction de la baisse d’activité et en tire un bénéfice au-delà des prévisions du propriétaire. Je termine ma carrière comme DG en Septembre 2018 à la tête de l’hôtel Ibis Rothrist en Suisse.

Lire aussi: TripAfrique, le leader de la réservation de tickets de bus en Afrique

J’ai effectué la rénovation des chambres de l’hôtel, également effectué une bonne maîtrise des charges, au vu de la fermeture partielle de l’hôtel, et amélioré la satisfaction des clients. Mon orientation vers l’hôtellerie a été influencée par mon envie d’expatriation. Ayant eu un père expatrié, je voulais avoir un métier où je pouvais également découvrir de nouveaux pays et faire découvrir la richesse des voyages à mes enfants. Ma Tutrice Française, madame Dufournet Marlène m’a fortement conseillée sur cette voie.

Comment devient-on aussi influent au plan international ?

En toute modestie, je répondrai qu’il faut surtout bien faire son travail, ne pas sauter les étapes, accepter les reproches, se remettre en question, être travailleur, intègre et communiquer prudemment.

Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer Leed Hospitality ?

J’ai décidé de créer Leed Hospitality car j’avais besoin de plus de liberté dans l’organisation de ma vie familiale et j’avais un réel besoin d’apporter mon savoir-faire à mon continent d’origine. L’entreprenariat était donc la seule solution à mon épanouissement.

Interface de la plate-forme Leed Hospitality
Interface de la plate-forme Leed Hospitality

Monter votre cabinet, est-ce une façon de capitaliser et d’optimiser les décennies d’expériences acquises ?

En effet, j’ai acquis beaucoup d’expériences dans différents hôtels, environnement et localisations géographiques. Toutes ces compétences sont rarement nécessaires à la tête d’un seul établissement. Il me fallait donc être créative, pour être plus performante. Je me suis entourée des meilleures dans les filières respectives qui gravitaient autour de mon poste de directeur général d’hôtel.

Quels objectifs visez-vous et quels sont les services proposés ?

Les objectifs sont simples :

  • Apporter des solutions pragmatiques et à faibles coûts à des PME Africaines, passant par le recrutement et la formation de la ressource opérationnelle,
  • Aider des investisseurs à concrétiser leurs projets : construction, rénovation ou création d’établissement hôtelier et concepts,
  • Conseiller des chefs d’entreprises dans le développement de leur structure,
  • Mettre en place une stratégie de communication et des outils IT,
  • Optimiser les ventes et la gestion en Hôtellerie, restauration et tourisme,
  • Aider les Etats Africains à promouvoir le tourisme par des hébergements et circuits touristiques de qualité.

Les services proposés :

  • Gestion en Hôtellerie, Restauration et Tourisme ;
  • Audit Interne en Hôtellerie, Restauration et Tourisme ;
  • Construction, Rénovation ou Adaptation en Hôtellerie, Restauration et Tourisme ;
  • Développement : Intermédiation, Courtage immobilier et Recherche de financements ;
  • Formation en Relation client pour les sociétés et toutes formations dans le secteur de l’Hôtellerie, Restauration et Tourisme ;
  • Organisation de voyages, circuits touristiques, réunions, Inventives et évènementiels.

Pourquoi n’avoir pas opté pour la construction d’un institut de formation pour transmettre votre savoir-faire ?

J’allais y arriver. Mon projet est également d’ouvrir une école panafricaine de qualité, dédiée aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme, mais je donnerai plus de détails prochainement car chaque chose arrive en son temps.

A travers votre cabinet, quel changement voulez-vous apporter dans ce domaine si exigeant ?

Je souhaite me démarquer, pour réussir dans les affaires. Il faut savoir de quoi on parle, avancer avec prudence et surtout être bien entouré.

Lire aussi: Qui est Soham El Wardini, la première maire de Dakar ?

Du haut de vos expériences, quels sont les difficultés majeures auquel le secteur hôtelier africain est confronté ?

Je pense que le réel problème est le manque de formation en Afrique. On rencontre beaucoup de gestionnaires d’hôtels et de restaurants qui n’ont pas été formés à ce métier. Les embauches sont faites par affinité et le résultat est souvent décevant. Par contre, l’Afrique regorge de Talents et il est de notre devoir de les aider à grandir et à faire émerger ce continent.

Quelle doit-être la riposte en matière de commercialisation, gestion, rentabilité et maintenance des entreprises hôtelières ?

  • En termes de commercialisation, nous avons l’apparition d’internet qui est non négligeable de nos jours pour mieux se vendre.
  • En matière de gestion, des solutions simples de pilotage existent et sont adaptées à notre métier.
  • Au sujet de la rentabilité, des mesures de contrôle interne sont nécessaires pour optimiser la profitabilité. L’analyse des indicateurs de gestion est cruciale et des projections sont incontournables pour fixer des objectifs.
  • En termes de maintenance, il existe des procédures de maintenance préventives qui aident les responsables techniques à garder les immobilisations en bon état de fonctionnement dans les établissements.
Laetitia Gnassingbé fondatrice du cabinet LEED HOSPITALITY
Laetitia Gnassingbé fondatrice du cabinet LEED HOSPITALITY

Quels sont vos conseils aux milliers de jeunes Africains qui souhaitent emprunter le même chemin que vous ?

Mon humble conseil reste la patience. Il faut avancer avec sagesse et ne pas brûler les étapes. Mon 2nd conseil est de ne pas penser qu’être Africain est une fatalité. J’ai eu la chance de recevoir une bonne éducation et c’était ma Fortune de départ, le reste s’est fait en travaillant.

Tags

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

4 Commentaires

  1. Félicitations LNG. Être Africain n’est pas une fatalité en effet. L’ Éducation est la base de notre fortune et le travail bien fait nous ouvre toutes les portes. Que ce brillant parcours inspire la jeunesse africaine qui cède trop souvent au découragement et à l’argent facile. Bravo encore et plein succès dans ce nouveau chapitre de ta vie.

    1. Merci Laurine pour ces félicitations et encouragements, je vous encourage dans l’entreprenariat qui n’a rien d’aisé au départ mais qui est facteur d’épanouissement et d’accomplissement. Mes amitiés et au plaisir de se revoir à Dakar ou ailleurs.
      Laetitia Nyop-Gnassingbé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité