Afrique de l'OuestAfrique du NordPortrait PersonnalitéSport
la Une

Mohamed Salah et Sadio Mané : les deux OVNI africains de la planète football

A Liverpool, deux hommes font chanter la ville. Ils n’ont rien à voir avec les Beattles et n’ont de britannique que la langue dans laquelle tout le public d’Anfield, le stade du club de football de Liverpool, chante leur nom. Et de quelle manière. Il suffit de voir tout un stade scander : « And we got Salah, Mané Mané », pour comprendre à quel point les deux footballeurs africains sont devenus indispensables.

4 avril 2018, à Anfield. Une clameur assourdissante secoue les travées du stade. Entourés par une foule en liesse, deux hommes sont face contre terre, au centre de la pelouse. En parfaite harmonie, entre eux, et avec le divin, ils célèbrent une situation pourtant devenue récurrente. Mohammed Salah, vient de marquer, en manche aller des quarts de finale de la ligue européenne des champions. Quelques semaines plus tard, le 02 mai, c’est Sadio Mané, qui ouvre le score en demies-finales retour. Impossible de s’y tromper. Si Liverpool a une chance de remporter la prestigieuse ligue des champions, c’est en grande partie grâce à sa doublette africaine. Plébiscités aujourd’hui par tous les experts, Mohamed Salah et Sadio Mané sont pourtant partis de très loin.

Deux diamants venus des bas quartiers

Bien malin qui aurait imaginé l’égyptien Mohamed Salah et le sénégalais Sadio Mané au niveau où ils évoluent aujourd’hui. Les voyages, les compétitions internationales, le faste de la vie de joueurs de foot professionnels, étaient à l’origine un rêve pour les deux joueurs, un moyen de sortit d’une vie de précarité.  Mohammed Salah est né le 15 juin 1992 à Basyoun, dans un petit village du gouvernorat de Gharbeya, à 102 km du Caire. Très tôt, il se passionne pour le football.

Je suis tombé amoureux du football vers sept ou huit ans. Je me souviens avoir essayé d’être comme Ronaldo, le Brésilien, Zidane et Totti, quand je jouais dans la rue avec mes amis

explique l’attaquant de Liverpool. Effectivement, quand on le voit jouer dans la rue, le garçon semble avoir lui aussi de la magie. Mais de là à le laisser suivre le chemin de ses idoles, il y a du chemin, et pourtant. Mohammed Salah va tenter de convaincre sa famille de le laisser devenir footballeur professionnel. Son père est en ce moment employé administratif dans un hôpital et sa mère ménagère. La famille, malgré ses nombreuses difficultés financières va croire dans le talent de son fils et le laisser débuter dans un club de la région.

« Au départ, je jouais pour un club qui se trouvait à une demi-heure de mon village. Puis j’ai signé pour un club à Tanta, qui était à une heure et demie de route ».

 

Mohamed Salah en sélection nationale (Egypte)
Mohamed Salah en sélection nationale (Egypte)

Du côté de Sadio Mané, la situation a été plus compliquée. Le sénégalais est né le 10 avril 1992, dans une famille très religieuse du petit village de Sédhiou. Son père est Imam et voit d’un très mauvais œil la passion de son fils pour le football.

Aussi loin que j’essaie de me souvenir, j’ai toujours eu un ballon dans les pieds. Je jouais toujours au football et parfois je n’allais même pas à l’école, juste pour pouvoir jouer. Il me battait souvent pour ça.

raconte Sadio Mané. Pourtant, l’amour du jeune garçon pour le football ne fera que grandir. Un événement le confortera définitivement dans ses ambitions. Durant la coupe du monde 2002, le Sénégal bat la France. Sadio Mané en est maintenant sûr. On peut être sénégalais et rivaliser avec les meilleurs joueurs du monde. Mais la famille du sénégalais ne veut toujours pas entendre parler de football.

 

Sadio Mané, en sélection nationale (Sénégal)
Sadio Mané, en sélection nationale (Sénégal)

 A Lire: Promue CEO d’Orange Sierra Léone, les nouveaux challenges de la Sénégalaise Aminata Kane Ndiaye

La récompense du sacrifice

Après le mondial, Sadio Mané et ses amis organisent des tournois locaux et le fils de l’Imam devient définitivement reconnu comme le meilleur joueur du village. On commence même à le surnommer Ronaldinho. N’écoutant que sa passion, Sadio Mané décide de fugue et se rend à Dakar pour tenter de rejoindre un club. Mais sa famille le retrouve, une semaine plus tard, et le ramène au village.

Sadio Mané va se calmer. Le temps de finir ses études primaires. Une fois cet objectif atteint, il va expliquer à ses parents qu’il ne veut rien faire d’autre dans la vie que devenir footballeur.

Je leur ai dit que s’ils ne me laissaient pas faire, je fuguerais à nouveau.

 

révèle Sadio Mané. Ses parents finiront par céder. Ils vendent les récoltes de la ferme familiale pour lui permettre d’aller à Dakar tenter de devenir professionnel. Finalement, tout le village participe pour que Sadio Mané puisse se rendre à Dakar. Il part vivre chez la famille d’une connaissance de ses oncles. Alors qu’il n’a que 15 ans, il se renseigne, dès le lendemain de son arrivée, sur les meilleurs clubs de la ville et sur les dates des tests de détection pour jeunes joueur.  Quelques jours plus tard, il se rendra à son premier test. Alors qu’il observe le terrain et les nombreux garçons, un homme âgé s’approche pour l’interroger. Il lui explique qu’il est là pour passer le test.

« Dans ces haillons et avec ces chaussures en très mauvais état? »

s’écrie son interlocuteur.

Je lui ai raconté d’où je venais et répété que je voulais juste qu’on me donne une chance

 

se souvient Sadio Mané. Une fois sur le terrain, le jeune sénégalais éblouit les recruteurs de son talent. A la fin du test, son interlocuteur d’avant le match s’écrie : « je te prends dans mon club ». C’est ainsi que Sadio Mané rejoint l’académie Génération Foot, la meilleure académie du pays, qui a notamment formé Papiss Cissé, une autre star sénégalaise du football.

Pendant ce temps, Mohammed Salah fait l’expérience de l’exigence du monde professionnel du football. L’égyptien quitte, à 14 ans, le club de la ville de Tanta, pour le Moqaouloun El Arab. Petit problème, ce club est situé au Caire, à 102 km de chez le jeune footballeur. Qu’à cela ne tienne. Quatre heures et demies de route et 4 à 5 minibus. C’est le parcours de combattant que va s’imposer Mohammed Salah pour arriver aux entrainements quotidiens, à 15h30.

Je devais quitter l’école tôt pour aller à l’entraînement. J’y étais de 7 à 9 heures du matin. J’avais un document officiel de mon club pour quitter l’école tôt. Je partais à 9h. Je devais enchaîner entre 3 et 5 minibus parfois, pour arriver au centre d’entraînement à 14h ou 14h30. Je finissais de m’entraîner à 18 heures, puis je rentrais à la maison vers 22 heures ou 22 heures 30. Je devais manger, dormir et ensuite le lendemain recommencer

se rappelle le joueur de Liverpool. Ce rythme de forcené durera 3 ans, jusqu’aux débuts officiels de Mohammed Salah avec le Moqaouloun El Arab, en championnat égyptien. Il est d’ailleurs le plus jeune joueur à disputer un match dans ce championnat. Mohamed Salah touche enfin son rêve du bout des doigts. Il est footballeur professionnel. De son côté Sadio Mané est également devenu professionnel et empile les buts durant les matchs du championnat sénégalais. Il est temps pour les deux joueurs de passer un palier, pour se confronter aux championnats européens.

 

A Lire: Oussouby Sacko, le malien devenu premier Président africain de l’Université japonaise Kyoto Seika

Europe, terre d’explosion

En 2011, Sadio Mané rejoint le FC Metz, un club français partenaire de l’académie Génération Foot. Il débute en ligue 2 et se fait rapidement remarquer par de nombreux clubs européens. Finalement, il rejoint le club autrichien de Salzbourg en 2012, avant que son talent n’explose en Angleterre à Southampton où il est, en 2014, le meilleur joueur du club. En juin 2016, il signe à Liverpool, pour 36 millions d’euros.

Sadio Mané, au club Liverpool FC depuis juin 2016
Sadio Mané, au club Liverpool FC depuis juin 2016

De son côté, Mohamed Salah accumule également de l’expérience au sein d’écuries européennes. Après avoir rejoint le FC Bâle, l’Égyptien sera recruté par Chelsea. Le club anglais le prêtera à la Fiorentina, puis à la Roma. Devenu le meilleur joueur du club italien, Mohammed Salah rejoint Sadio Mané à la fin de la saison 2016-2017, lorsque Liverpool le recrute en juin 2017, pour 42 millions d’euros.

Mohamed Salah, au club Liverpool FC depuis juin 2017
Mohamed Salah, au club Liverpool FC depuis juin 2017

Ensemble, les deux joueurs africains deviennent inarrêtables. Auteurs de prestations stratosphériques, ils forment aujourd’hui avec Roberto Firmino le trio d’attaque le plus dangereux d’Europe. En championnat, l’Égyptien marche sur l’eau, avec 31 buts, bien soutenu par Sadio Mané qui affiche 10 buts à son compteur. Le sénégalais sera d’ailleurs le dauphin de son coéquipier pour l’édition 2017 du ballon d’or africain. Malgré tout, les deux hommes entretiennent une amitié hors du commun. Avec l’égyptien sur l’aile droite et le sénégalais sur l’aile gauche, Liverpool a réussi à se hisser en finale de la prestigieuse Champion’s League, que le club pourrait remporter face au Real Madrid. De quoi faire basculer les deux footballeurs africains dans la dimension des meilleurs joueurs actuels de leur sport, avant une coupe du monde, pour laquelle ils sont tous les deux qualifiés ?

Sadio Mané & Mohamed Salah
Sadio Mané & Mohamed Salah

Ces questions n’empêchent pas les deux pépites de se rappeler d’où elles sont parties. Mohammed Salah et Sadio Mané apportent très souvent leurs soutiens financiers à leurs villages respectifs, afin de donner à d’autres enfants du continent la possibilité de rééditer leurs Sucess Stories à l’africaine.

Servan Ahougnon

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité

ABONNEZ-VOUS A VOTRE MAGAZINE

Vos informations sont sécurisées