FINANCE & ECONOMIEInterviews

PIDA Week 2018: La bonne gouvernance est la clé de l’intégration régionale, déclare Moono Mupotola, directeur du développement régional et de l’intégration régionale de la Banque africaine de développement, Moono Mupotola

Dans cette interview avant la Semaine du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), qui se tiendra du 26 au 29 novembre 2018 à Victoria Falls, au Zimbabwe, Moono Mupotola, directrice de la Banque africaine de développement pour le développement et l’intégration régionale, réfléchit aux défis à relever et le rythme de développement des infrastructures sur le continent.

Mupotola observe que le rôle de la Banque en tant que financier, facilitateur et intermédiaire honnête dans la réalisation des projets d’infrastructure contribue à renforcer les capacités et les cadres institutionnels indispensables sur le continent. Celles-ci seront cruciales pour la bonne gouvernance et la structuration des financements disciplinés nécessaires à la mise en place d’infrastructures intelligentes dans les domaines de l’approvisionnement en énergie, des corridors de transport régionaux, de la connectivité Internet et de la gestion transfrontalière de l’eau. Extraits:

LEX4

Avec la semaine PIDA 2018 axée sur le thème «Réaliser l’intégration de l’Afrique par le biais d’une infrastructure intelligente et d’une bonne gouvernance», quelles sont vos idées et vos attentes pour l’événement de cette année et à quoi les participants peuvent-ils s’attendre en termes de résultats?

Étant donné que les intérêts et les défis liés au développement des infrastructures sont communs à tous les pays, les bonnes pratiques internationales peuvent aider les gouvernements à mieux saisir les opportunités et à relever les défis connexes. Dans ce cas, un point de départ naturel consiste à évaluer les problèmes qui se posent lorsque les dispositifs de gouvernance ne satisfont pas aux exigences et aux critères stipulés. Une mauvaise gouvernance est l’une des principales raisons pour lesquelles les projets d’infrastructure ne respectent pas leurs objectifs en matière de calendrier, de budget et de prestation de services. Les projets d’infrastructure dont la gouvernance est déficiente entraînent souvent des dépassements de coûts, des retards, des performances insuffisantes, une sous-utilisation, une détérioration accélérée due à une maintenance insuffisante et, occasionnellement, des «éléphants blancs» et des ponts «nulle part» coûteux.

Sur la base de ce qui précède, j’espère que l’événement de cette année permettra aux participants et aux décideurs d’apprécier le rôle de la gouvernance dans le développement des infrastructures. Cela comprendra la compréhension des processus, des outils et des normes d’interaction, ainsi que du cadre de prise de décision et de suivi utilisé pour surveiller la mise en œuvre des projets d’infrastructure.

Qu’est-ce qui différenciera la PIDA Week 2018 des précédentes éditions de la plateforme annuelle de marketing d’infrastructure d’une semaine? Quels projets clés seront exposés?

La Semaine PIDA a été inaugurée en 2015 en tant que plate-forme rassemblant les principales parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du programme PIDA, afin de faire le point sur les progrès et d’identifier les moyens de poursuivre la mise en œuvre. Alors que la première semaine du PIDA mettait l’accent sur l’accélération de la mise en place des infrastructures pour l’intégration de l’Afrique, les réunions ultérieures du PIDA tenues en 2016 et 2017 visaient à créer des emplois grâce au développement des infrastructures régionales. À cette fin, l’événement de cette année, tout en continuant de se focaliser sur le développement des infrastructures, apporte deux dimensions au développement des infrastructures, à savoir (i) la nécessité d’une bonne gouvernance lors du développement de projets régionaux; et (ii) le rôle de la bonne gouvernance dans le développement des infrastructures dans la réalisation de l’infrastructure intelligente pour l’intégration de l’Afrique.

Parmi les projets qui seront présentés lors de la Semaine PIDA 2018, il s’agira notamment de projets de transport d’infrastructures régionales, tels que le corridor central Dar es Salaam à Chalinze Toll Road, la route Kinshasa-Brazzaville et le pont ferroviaire, le réseau ferroviaire à grande vitesse ( HSRN), les projets de corridor Abidjan-Lagos et de corridor Praia-Dakar-Abidjan; et l’initiative relative au marché unique des transports aériens africains (SAATM). Les projets énergétiques régionaux seront également présentés. Nous avons donc ici l’interconnecteur électrique Ethiopie-Soudan, l’Interconnexion électrique Zambie-Tanzanie-Kenya, la centrale hydroélectrique de Batoka et le projet hydroélectrique Inga III.

Le premier plan d’action prioritaire PIDA (PIDA-PAP 1: 2012-2020) comprend plus de 400 projets dans 51 programmes transfrontaliers, dont plus d’un tiers sont opérationnels ou en construction. Que faut-il faire pour accélérer la mise en œuvre vers l’achèvement de davantage de projets avant l’année clé 2020? 

Afin d’accélérer la mise en œuvre d’un plus grand nombre de projets PIDA avant 2020, l’Afrique et ses principales parties prenantes, parmi lesquelles les Banques multilatérales de développement, devraient être plus efficaces dans la mobilisation de ressources nationales pour financer la préparation de projets ainsi que l’investissement dans les projets PIDA. À cette fin, nous devons opérationnaliser le programme à 5% en encourageant les fonds souverains et les fonds de pension africains à investir une plus grande partie de leurs actifs dans le développement de projets PIDA. D’autre part, les banques multilatérales de développement, y compris la Banque africaine de développement, devraient fournir un mécanisme permettant de réduire les risques liés aux projets en mettant au point des instruments innovants d’atténuation des risques, ainsi que des véhicules à vocation spécifique dans lesquels les fonds de pension, d’assurance et de patrimoine souverains peuvent facilement investir.

La confiance croissante des investisseurs en Afrique subsaharienne attirerait certainement davantage d’investisseurs et de capitaux sur le continent. La mise en place de cadres et de mécanismes de bonne gouvernance pour les projets d’infrastructure en Afrique subsaharienne permettrait non seulement de renforcer la confiance des investisseurs, mais également de garantir l’exécution des projets dans les délais prévus, dans les limites du budget et conformément aux spécifications.

Malgré les investissements en cours dans le développement des infrastructures en Afrique, seulement 30% de la population africaine a accès à l’électricité, moins de 10% est connectée à Internet et 25% seulement du réseau routier africain est pavé. Selon vous, quelles devraient être les priorités en matière d’infrastructures de la prochaine décennie dans le cadre du deuxième plan d’action prioritaire proposé par le PIDA (PIDA-PAP 2: 2020-2030)?

La pénurie d’infrastructures matérielles demeure l’un des principaux problèmes de développement de l’Afrique. L’insuffisance des infrastructures de transport, de communication, d’approvisionnement en eau et en électricité entrave l’activité économique, l’efficacité et la compétitivité. Le monde est désireux de faire des affaires avec l’Afrique, mais il est difficile d’avoir accès aux marchés africains, en particulier à l’intérieur du pays, en raison de la médiocrité des infrastructures. Ainsi, à l’avenir, les transports, l’énergie, l’eau et les TIC continueront d’être une priorité dans le plan d’action prioritaire PIDA 2020-2030.

Source: afdb

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité