A LA UNEACTUALITESAFRIQUE DE L'OUESTAnalyseAnalyse Politique et EconomiquePOLITIQUE

Côte d’Ivoire : l’imprévisible Guillaume Soro

Plus les élections de 2020 se rapprochent, moins les choix de Guillaume Soro deviennent prévisibles. De toute façon, l’ont-ils jamais été ? Alors que toute la classe politique ivoirienne se prépare pour les échéances de 2020, Guillaume Soro donne l’impression d’avoir le cœur qui balance entre mouvance et opposition.

Le 17 décembre dernier, Guillaume Soro a rencontré l’ancien président Henri Konan Bédié, qui pourrait devenir le principal adversaire d’Alassane Ouattara aux prochaines élections présidentielles. Dans le même temps, une association proche de Guillaume Soro a rejoint le rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), l’alliance crée par le président Alassane Ouattara. Alors que chaque camp le dit proche de sa cause, personne ne semble réellement capable de prévoir sa décision.

LEX4

Éternel ambigu

S’il y a bien une chose qui a toujours caractérisé Guillaume Soro, c’est sa capacité à brouiller les pistes.

 

Il faut dire qu’au fil des années, l’ancien chef de guerre s’est bâti une réputation de stratège politique en s’éloignant de ses amis pour se rapprocher d’anciens adversaires, avant, parfois, de rebrousser chemin. Renversant, l’homme donne le tournis à tous ceux qui essaient de schématiser ses choix, l’analyser.

Guillaume Kigbafori Soro

Ce goût pour la stratégie, peut-être que l’homme, né le 08 mai 1972 dans le département de Ferkessédougou en Côte d’Ivoire, l’a acquis sur les bancs de l’université. C’est, en effet, durant son cursus universitaire qu’il s’engage en politique. De 1995 à 1998, il dirige la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, alors qu’il étudie l’anglais. Décidé à parfaire l’expérience du militantisme acquise à l’université, il étudiera ensuite les sciences-politiques en Grande-Bretagne et en France. Son retour en Côte d’Ivoire, en 1999, sera le premier épisode d’une longue série de décisions politiques aussi imprévisibles les unes que les autres.  A son retour, il s’affiche fièrement aux côtés de Robert Guéï, qui vient de prendre le pouvoir grâce à un putsch. Pourtant, quelques mois plus tard, en l’an 2000, Guillaume Soro s’oppose à son ancien ami et soutient son adversaire Alassane Ouattara exclu de l’élection présidentielle. Guillaume Soro devient, par la suite, le secrétaire général du mouvement rebelle « les Forces nouvelles de Côte d’Ivoire. » A la tête de la milice, il sera un des acteurs majeurs des heurts intervenus sur le territoire ivoirien entre 2000 et 2003. Pourtant, il fera partie des principaux acteurs de la réconciliation nationale. Il sera successivement ministre de la communication, ministre d’État puis ministre de la reconstruction et de la réinsertion, sous la présidence de Laurent Gbagbo.

Lors de la signature de l’accord de Ouagadougou, ayant pour but de mettre fin aux conflits ivoiriens, les Forces nouvelles obtiennent que le premier ministre vienne de leurs rangs. Guillaume Soro, secrétaire général du mouvement, occupe alors la fonction dès 2007.

A ce poste des liens se créent avec Laurent Gbagbo. Et pourtant…En 2011, Guillaume Soro prend le parti d’Alassane Ouattara lors de la crise électorale. 6 ans plus tard, les relations avec Alassane Ouattara ne sont plus au beau fixe. La lune de miel est finie et Guillaume Soro tarde à rejoindre l’alliance de partis créée par le président ivoirien.

Candidat ou pas

Alassane Ouattara, Bédié, Guillaume Soro

Alors qu’il est attendu par le RHDP, Guillaume Soro n’hésite pas à s’afficher avec Henri Konan Bédié, le nouvel adversaire d’Alassane Ouattara. Assez pour susciter des rumeurs d’alliances entre Guillaume Soro et Henri Konan Bédié.

LIre aussi : Concrétiser les CDN en Afrique : « Penser en termes d’opportunités de développement et non d’obstacles ou de défis »

Beaucoup ont tôt fait d’oublier que Guillaume Soro ne s’allie qu’à lui-même.

 

Ces derniers mois, il n’a pas caché son envie de devenir président et de succéder à son « ami » Alassane Ouattara. Jusque-là, personne ne peut dire s’il se présentera aux élections de 2020, ou quel camp il rejoindra, le cas échéant. Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître que l’homme et sa capacité à susciter des intrigues fascinent.

A l’affut de la moindre chance de se hisser vers le sommet, il a fait de sa carrière politique une partie d’échecs, où ni le roi, ni le pion ne sont en sécurité.

 

Mais, en Côte d’Ivoire, où bien des intrigues se sont réglées dans le plomb et le sang, la versatilité de l’homme suscite la crainte, autant qu’elle fascine.

Pour beaucoup, les choix de l’imprévisible Guillaume Soro seront d’une importance capitale pour la paix en Côte d’Ivoire.

Tags

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité