Afrique de l'OuestArt & MusiqueInfluenceurs & Startuppeurs
la Une

Shelomith Sagbo, une femme leader et une entrepreneure artisanale engagée au Bénin

Physicienne et informaticienne, Shelomith Sagbo, celle qui fabrique des accessoires de mode et des objets de décoration à base de carton recyclé, poursuit ses études de master en informatique. Manager de l’entreprise Twins Team, elle promeut la marque Apeulika et veut incarner la femme vaillante d’Afrique. Interview !

Magazine InAfrik : Le bricolage : inné ou résultat d’une quête de savoir ?

Shelomith Sagbo : Je suis autodidacte dans l’artisanat. Je n’ai suivi aucune formation au préalable et jusqu’à présent. Je peux donc dire que c’est inné. Plus jeune, je bricolais beaucoup : jouets, habits… tout y passait. J’ai juste transféré cette passion pour le travail manuel dans des secteurs autres que celui de ma formation initiale : la mode et l’évènementiel. A force de créer et d’améliorer mes méthodes de travail,  je suis passée d’amateur à professionnel.

Pourquoi avoir choisi d’investir dans la mode au lieu d’aller vers un emploi salarié ?

J’étais en stage quand j’ai commencé mes premières créa. J’ai travaillé après aussi. Mais quand la demande commençait à augmenter, j’ai laissé les quêtes d’emploi pour me consacrer à mes créations. Si je ne l’avais pas fait, je crois que je n’aurais pas atteint ce niveau de perfectionnement en artisanat. Je ne vais pas dire que j’ai tout laissé du jour au lendemain car je suis assez méthodique dans tout ce que je fais. Mais désormais, entreprendre me convient mieux qu’être salariée.

Comment est née votre entreprise Twins Team ?

Twins Team existait déjà avec l’agence d’hôtesses qui s’appelait « O’lona agency » devenu Twins event’s après l’enregistrement de l’entreprise en 2017.

J’ai un frère jumeau qui nous a malheureusement quitté quand on était dans notre 14 ème  année. Mais j’ai toujours ma sœur ainée Fresnellia Sagbo connue plus sous le nom de Freshy (Freshy industries) qui est un vrai soutien pour mes ambitions entrepreneuriales, elle-même étant entrepreneure de longue date dans l’agro-alimentaire.

Quelle est l’origine du nom Apeulika que vous donnez à vos accessoires ?

C’est une histoire banale et un coup de cœur. Vu que je détiens des prénoms peu communs avec des origines encore moins connues d’une personne lambda ; je m’informe sur des mots très utilisées mais dans des langues autres que le français et l’anglais.

Quand j’ai commencé mes créas en 2013, je les appelais par leurs noms respectifs suivis de MES2 (mes initiales). Par exemple, j’appelais les coffrets dragées faits mains « les coffrets de MES2 ».

Et cela jusqu’au jour je fis la connaissance du mot « Apeulika » qui signifie « Afrique » en coréen. J’ai tout de suite adopté le mot. Il est original ; et  bien que n’étant pas africain comme beaucoup l’aurait souhaité, il exprimait ma source d’inspiration « notre continent l’Afrique ». Je pris alors comme slogan « Apeulika, le savoir-faire africain autrement » pour exprimer la genèse d’un nouveau style de création issu du continent noir.

A Lire: Charlemagne Amoussou, le génie créateur de la marque panafricaine Lolo Andoche

Quelles sont vos spécialités ?

Twins Team, dispose de deux départements : l’agence évènementielle « Twins events » et l’atelier de création artisanale « Twins Workshop ».

A Twins events, nous faisons de la prestation d’hôtesses évènementielles, la création et l’impression de supports de communications, l’organisation d’évènements et la formation au métier d’hôtesses et de graphiste.

A Twins Workshop, nous sommes spécialisé dans la confection et vente de coffrets dragées pour tout type d’évènements (mariage, baptême, anniversaire..) en carton et ou en tissu ; la conception et vente d’accessoires de mode (sacs, boucles, colliers, ceintures…) pour hommes, femmes et enfants ; la conception et la vente d’objets de décoration faits en tissu et en carton recyclé (mini vases, cadres photos, paniers tissés,…) et les formations dans ces divers domaines.

Les rencontres Africa

Comment avez-vous mobilisé votre capital de départ ?

J’ai commencé avec 5000f Cfa. J’ai acheté les matériaux de base tels que : la colle, le tissu, un cutter, une paire de ciseaux, des perles…

Etant encore étudiante, j’ai pioché dans mon argent de poche d’entre temps.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Oh oui j’en ai rencontré. D’abord le désaccord des parents vis-à-vis de ma passion pour le travail manuel vu mon niveau intellectuel. Ensuite, il y a mon entrée dans le monde fermé et plein de préjugés de l’évènementiel.

Ce fut le tour au secteur de la mode de m’inculquer quelques dures leçons comme :

il est essentiel de bannir la timidité pour aboutir à ses fins.

J’ai eu mon lot d’expériences et je continue toujours d’en recevoir. Mais pour une brève analyse, j’ai peu de regrets.

Malgré cela, quelles ont été vos motivations à continuer ?

Mon leitmotiv :

la femme peut tout, il faut juste qu’elle se décide à faire un premier pas

le résume.

Ma principale motivation c’est donc la femme.

Je veux par mes différentes actions porter haut le flambeau de la femme africaine, Béninoise, entrepreneure, artisanale, informaticienne et inciter la jeunesse Béninoise à faire pareil. La femme par nature est timide, faible, émotionnelle mais en elle sommeille une détermination terrible qui ne demande qu’à éclore.

Shelomith Sagbo, Manager de l’entreprise Twins Team
Shelomith Sagbo, Manager de l’entreprise Twins Team

 

Pensez-vous exercer à nouveau le métier pour lequel vous êtes formée ?

Je dirai oui puisque j’exerce toujours. Certes, j’avais opté pour le moment pour le design (graphisme et web design) mais je veux y associer la programmation car j’ai un projet d’entreprenariat dans le secteur du numérique que je me dois de réaliser rapidement. J’ai d’ailleurs repris les cours et je suis actuellement des cours de master en informatique. J’irai peut être au doctorat après comme ma sœur.

A Lire: Arielle Ahouansou, la jeune médecin béninoise qui sauve des milliers de vies sans bistouri en Afrique

Quelles sont vos ambitions à long terme ?

Mettre sur pied un centre de formation artisanale ;  implémenter des annexes de l’atelier Twins workshops dans d’autres pays africains au lieu de faire chaque fois des livraisons entre pays pour des commandes ; concrétiser mon projet dans le secteur du numérique.

Parlez-nous des objectifs de votre événement FAM&DIY Awards !

En février 2018 dernier, j’ai organisé un évènement pour promouvoir les femmes entrepreneures du secteur de l’artisanat béninois tapies dans l’ombre.

En effet, c’est une compétition d’envergure nationale qui a pour but d’identifier et  de distinguer la meilleure femme entrepreneure artisanale. La 1ère édition a connu comme gagnante Mme Aniyath Amadou, promotrice de la gamme de produits cosmétiques « Abori Cosmetics. »

Propos recueillis par : Michaël TCHOKPODO

Michael TCHOKPODO

Redacteur du magazine InAfrik

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité